SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Vieux Télégraphe 2013

  • Châteauneuf-du-Pape, Vallée du Rhône Rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

54,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité Prix total
54,00 € TTC

Notation Wine Spectator
Score : 90 / 100
Issue Nov 15, 2015
Tasting Note :

Lots of pepper, kirsch, raspberry coulis and singed herb notes form the core here, giving this good range. Bright, fresh acidity underscores the finish, where light bay leaf and tobacco leaf notes glide in. Lovely and approachable now. Drink now through 2023. 8,100 cases made.
–JM

Vieux Télégraphe

Commentaires du Château
Ce monument de Châteauneuf-du-Pape est gardé depuis plus d’un siècle par la famille Brunier. Les vins pleins d’éclat qu’ils produisent sont élevés en foudres de chêne pour garder une grande pureté et limiter l’influence gustative du bois. S’il y a un mot qui qualifie les vins des Brunier, c’est bien « la personnalité ». On retrouve chez eux le caractère du terroir de « la Crau », qui allie si bien puissance et finesse.
Histoire du Château
Le domaine du Vieux Télégraphe à Châteauneuf-du-Pape fait partie de l’univers des Brunier, une famille qui a su étendre son talent sur plusieurs vignobles de la vallée du Rhône. Ce domaine, fondé en 1898 par Hippolyte Brunier, est encore dirigé par la même famille, un gage de savoir-faire qui se retrouve dans chaque bouteille de ce célèbre cru rhodanien. Depuis un siècle la famille Brunier défie le terroir aride et venteux du plateau de la Crau. Assis sur d’immenses terrasses de galets roulés, le grenache (à hauteur de 65%) résiste à ce climat difficile, mais nécessaire pour produire un grand vin.

Seulement 4 vins y sont produits, tous en AOC Châteauneuf du Pape : le Vieux Télégraphe rouge et blanc, issus des vignobles les plus anciens et des cuvées les plus complexes, et le Télégramme rouge et blanc, représentant les seconds vins des Brunier .

L’objectif principal de la famille Brunier reste la préservation et l’expression du terroir de La Crau qu’elle sait si bien sublimer.