SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Angelus 1989

  • 1er Grand cru B classé Saint-Emilion, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

504,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 3

Quantité Prix total
504,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 94/100

Wine Spectator
Noté 95/100

Jean Marc Quarin
Noté 94/100

Jancis Robinson
Noté 18/20

   
Notation RobertParker.com
Possibly not showing as well as a bottle I had recently from my own cellar, this particular offering, which was about 50% Cabernet Franc and the rest Merlot, has a dark plum/purple color, but is still quite youthful. A beautiful sweet blueberry and blackberry-scented nose of olive, licorice and cedar wood is followed by a full-bodied and opulent wine, with hints of espresso roast and chocolate as well. It seemed to gain a lot in the glass, but the astringent tannins in the finish still seem a bit awkward and distracting. I think bottles I’ve had have generally shown better, although this is certainly an exceptional wine. It has just suffered somewhat in comparison with several of the other vintages.
Notation Wine Spectator
Wow. What a reserved, yet seductive nose of milk chocolate, raspberry and mineral aromas that go on and on. Full-bodied, with ultrafine tannins and a mineral, berry, blackberry and violet flavor. This is polished and racy on the palate. So young still. Why wait? But serious and classic
Notation Quarin
Dégusté décanté et à l'aveugle. Couleur sombre, intense, belle et évoluée. Nez légèrement animal, épicé, fruité et suave. Entrée en bouche moelleuse puis le vin se développe aromatique sur un beau toucher de bouche et des tannins fins et réglissés. Lente évolution tannique, savoureuse, juste un peu appuyée (extraction). Mais le vin est très long et très bien construit. Il laisse une impression quasi minérale dans la persistance.
Notation Jancis Robinson
(...) Aromatic, quite rich and a little raisiny. Sweet and fluid. Pretty. Long and rather floral and perfumed. Dense.

Angélus

Commentaires du Château
Angélus est certainement l’un des châteaux qui a progressé le plus au cours de ces trente dernières années. Cette ascension fulgurante lui a valu, lors de la révision du classement de Saint-Émilion en 1996, le rang de Premier Grand Cru classé B. Un mariage audacieux de cépages, dont une grande proportion de cabernet franc, une onctuosité, une pureté et une élégance rare. Voilà en quelques mots ce qui définit le style de ce château légendaire. En 2012 Il rejoint avec le nouveau classement les emblématiques Château Cheval Blanc et Château Ausone. Il accède ainsi à l’élite très restreinte de l’appellation Saint-Emilion avec le rang Premier Grand Cru classé A. D’ailleurs, pour célébrer son ascension parmi les plus grands, le millésime 2012 s’est habillé d‘une bouteille au design unique, sérigraphie noir et or.

« L’exigence nous amène à privilégier toujours l’excellence. C’est pour cela que notre étiquette est symbole de rêve et de confiance » Hubert de Boüard Laforest
Histoire du Château
C’est au début du 20e siècle que Maurice de Boüard hérite d’un domaine viticole qu’il agrandit en achetant 3 hectares de vignes situées à côté de Mazerat nommées Angélus. La propriété prend alors le nom de cette terre très ancienne depuis laquelle les vignerons locaux pouvaient entendre sonner l’Angélus provenant simultanément des trois chapelles. Les fils Boüard agrandissent peu à peu le château, dès lors appelé Angélus, en achetant les parcelles voisines jusqu’à atteindre sa configuration actuelle en 1960.

En 1954 le château est classé Grand Cru de Saint-Emilion, la notoriété accompagnant cet honneur lui permettra de traverser la crise des années 70 et le renouveau du vignoble bordelais dans les années 1980. Hubert de Boüard Laforest, descendant de Maurice et diplômé de l’université d’œnologie de Bordeaux décide de reprendre le domaine en main. Sa connaissance du vin ainsi que sa politique résolument moderne ont permis au domaine de faire énormément de progrès.

La mise en barriques précoce après macération, fumure organique, enherbement… font partie des innovations qui permettent à ce château de se hisser au plus haut niveau. Angélus a également été un des premiers châteaux à utiliser les tables de tri.

Stéphanie de Boüard-Rivoal, fille d’Hubert, a rejoint la direction du domaine en 2012, cette même année, le château accède au rang suprême de Premier grand cru classé A.

Aujourd'hui

Venant du milieu financier, la fille d’Hubert a su imposer ses idées, en commençant par la rigueur et l’organisation. Sa gestion moderne et ambitieuse doublée de la passion de la vigne, transmise par son père en font une gérante perfectionniste qui maîtrise tout le potentiel d’Angélus : « En face de nous, nous avons certes des concurrents investisseurs qui ont d’énormes moyens financiers, mais nous disposons d’autres atouts : une famille un savoir-faire, un terroir. » En réduisant le nombre de maison de négoce de son réseau de distribution de 140 à 80, Stéphanie fait le tri et ne veut que le meilleur pour Angélus, la réputation du château prime sur tout le reste. La communication, l’image et le rayonnement international du château sont au cœur de son projet. Le terroir exceptionnel dont elle profite et les grands millésimes des années 2000 lui permettront sans aucun doute d’asseoir Angélus sur le toit de la planète viticole.