SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Angelus 1994

  • 1er Grand cru B classé Saint-Emilion, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Magnum

504,00 € TTC | HT

Magnum

Notations

Robert Parker
Noté 93/100

Wine Spectator
Noté 92/100

Jean Marc Quarin
Noté 90/100

Jancis Robinson
Noté 16.5/20

   

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Notation RobertParker.com
In the new classification of St.-Emilion, justice was certainly served with the elevation of Angelus to premier grand cru classe status. No Bordeaux estate has been making as concentrated and consistently high quality wines as has Angelus since 1988. Even in the rain-plagued vintage of 1992, Angelus produced a wine of uncommon power, ripeness, and intensity. This estate is in many ways symbolic of what heights Bordeaux can achieve when a property is managed by someone as passionate and driven as Hubert de Bouard. As I have been writing for the last decade, these are wines to buy at first release; they can only go up in price given their quality. Another inky, purple/black-colored wine, the 1994 offers up heavenly scents of smoked meats, barbeque spices, hickory wood, and plenty of cassis and kirsch liqueur. The fruit's phenomenal purity and denseness, as well as its overall balance is admirable in view of the massive, muscular personality of this huge, full-bodied wine oozing with extract. It is a tour de force in winemaking.
Notation Wine Spectator
Angélus continues its hot streak. Super color and concentration for the vintage. Exotic aromas of berries, red fruits, toasted oak and minerals. Full-bodied, with full, silky tannins and a long minty, fruity finish. Fine for drinking now.
Notation Quarin
Couleur de bonne intensité et évoluée sur la frange. Plus sombre qu'en bouteille. Nez moyennement aromatique, fruité, fumé et crémeux. Bouche juteuse, fruitée, savoureuse et bien construite entre le milieu et la finale. Belle longueur savoureuse à la note de cèdre et de cabernet franc. Aucune granulation. Délicieux.
Notation Jancis Robinson
Ruby and nuanced colour. Mineral nose. Lots of evolution and lovely harmony. Power underneath – nothing feeble about any of these wines so far! (Back from youngest.) Slightly drying out but lovely length. Really quite rich and burgundian (high praise). Lots of mature pleasure.

Angélus

Commentaires du Château
Angélus est certainement l’un des châteaux qui a progressé le plus au cours de ces trente dernières années. Cette ascension fulgurante lui a valu, lors de la révision du classement de Saint-Émilion en 1996, le rang de Premier Grand Cru classé B. Un mariage audacieux de cépages, dont une grande proportion de cabernet franc, une onctuosité, une pureté et une élégance rare. Voilà en quelques mots ce qui définit le style de ce château légendaire. En 2012 Il rejoint avec le nouveau classement les emblématiques Château Cheval Blanc et Château Ausone. Il accède ainsi à l’élite très restreinte de l’appellation Saint-Emilion avec le rang Premier Grand Cru classé A. D’ailleurs, pour célébrer son ascension parmi les plus grands, le millésime 2012 s’est habillé d‘une bouteille au design unique, sérigraphie noir et or.

« L’exigence nous amène à privilégier toujours l’excellence. C’est pour cela que notre étiquette est symbole de rêve et de confiance » Hubert de Boüard Laforest
Histoire du Château
C’est au début du 20e siècle que Maurice de Boüard hérite d’un domaine viticole qu’il agrandit en achetant 3 hectares de vignes situées à côté de Mazerat nommées Angélus. La propriété prend alors le nom de cette terre très ancienne depuis laquelle les vignerons locaux pouvaient entendre sonner l’Angélus provenant simultanément des trois chapelles. Les fils Boüard agrandissent peu à peu le château, dès lors appelé Angélus, en achetant les parcelles voisines jusqu’à atteindre sa configuration actuelle en 1960.

En 1954 le château est classé Grand Cru de Saint-Emilion, la notoriété accompagnant cet honneur lui permettra de traverser la crise des années 70 et le renouveau du vignoble bordelais dans les années 1980. Hubert de Boüard Laforest, descendant de Maurice et diplômé de l’université d’œnologie de Bordeaux décide de reprendre le domaine en main. Sa connaissance du vin ainsi que sa politique résolument moderne ont permis au domaine de faire énormément de progrès.

La mise en barriques précoce après macération, fumure organique, enherbement… font partie des innovations qui permettent à ce château de se hisser au plus haut niveau. Angélus a également été un des premiers châteaux à utiliser les tables de tri.

Stéphanie de Boüard-Rivoal, fille d’Hubert, a rejoint la direction du domaine en 2012, cette même année, le château accède au rang suprême de Premier grand cru classé A.

Aujourd'hui

Venant du milieu financier, la fille d’Hubert a su imposer ses idées, en commençant par la rigueur et l’organisation. Sa gestion moderne et ambitieuse doublée de la passion de la vigne, transmise par son père en font une gérante perfectionniste qui maîtrise tout le potentiel d’Angélus : « En face de nous, nous avons certes des concurrents investisseurs qui ont d’énormes moyens financiers, mais nous disposons d’autres atouts : une famille un savoir-faire, un terroir. » En réduisant le nombre de maison de négoce de son réseau de distribution de 140 à 80, Stéphanie fait le tri et ne veut que le meilleur pour Angélus, la réputation du château prime sur tout le reste. La communication, l’image et le rayonnement international du château sont au cœur de son projet. Le terroir exceptionnel dont elle profite et les grands millésimes des années 2000 lui permettront sans aucun doute d’asseoir Angélus sur le toit de la planète viticole.