SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Angelus 2008

  • 1er Grand cru B classé Saint-Emilion, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

354,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 7

Quantité Prix total
354,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 93/100

Wine Spectator
Noté 91/100

Jean Marc Quarin
Noté 92/100

Vinous
Noté 93/100

Jancis Robinson
Noté 16.5/20

 
Notation RobertParker.com
Made from yields of 30 hectoliters per hectare, this blend of 58% Merlot and 42% Cabernet Franc exhibits an inky/blue/purple color as well as a sweet bouquet of blueberries, blackberries, camphor, forest floor, and a hint of spring flowers. Although backward, it reveals great intensity, sweet tannin, a nuanced, lively personality, full body, and a promising style. Like a lot of these wines, the score for this wine is probably low given the late malolactic fermentation as well as a later than usual blending. There have been so many great wines from Angelus since 1989 that it is hard to put the 2008 in the context of some of the other remarkable vintages. My guess is that there are five vintages that will ultimately eclipse it - 1989, 1990, 1998, 2000, and 2005, but not by much. However, the 2008 is not far off the mark of any of those legends. It should drink well for 25-30 years.
Notation Wine Spectator
A tobacco, berry and orange peel character. Full-bodied, with silky tannins and a clean finish. Refined and balanced. —J.S.
Notation Quarin

Couleur sombre, intense et pourpre. Nez fruité, fumé, frais et fin. Nuancé en entrée de bouche, suave, précis sur le plan aromatique, légèrement truffé au goût (c'est nouveau), le vin avance fondant et particulièrement bien équilibré sur des tannins présents, mais en chair. Très belle persistance aromatique, au goût fumé et long. Très bon !

Les vins de Saint Emilion, comme ceux de la rive droite sont bien réussis cette année. Ils offrent un caractère général suave, rarement rencontré, qui pourrait leur donner beaucoup de charme en fin d’élevage.
(avril 2009)
Notation RVF
Le cru se montre d'une grande densité de bouche, avec une matière serrée et son côté velouté habituel. Il est profond et plein, avec une belle énergie de fruit et une touche de suavité qui lui confère beaucoup de grâce. La finale est bien dessinée, avec une charge tannique bien enrobée. Un Angélus plein, charmeur et équilibré.
Notation Jancis Robinson
Dark ruby. Sweet, ripe and rich on the nose. Chewy end. Fresh and lively. But rather a sudden finish.

Angélus

Commentaires du Château
Angélus est certainement l’un des châteaux qui a progressé le plus au cours de ces trente dernières années. Cette ascension fulgurante lui a valu, lors de la révision du classement de Saint-Émilion en 1996, le rang de Premier Grand Cru classé B. Un mariage audacieux de cépages, dont une grande proportion de cabernet franc, une onctuosité, une pureté et une élégance rare. Voilà en quelques mots ce qui définit le style de ce château légendaire. En 2012 Il rejoint avec le nouveau classement les emblématiques Château Cheval Blanc et Château Ausone. Il accède ainsi à l’élite très restreinte de l’appellation Saint-Emilion avec le rang Premier Grand Cru classé A. D’ailleurs, pour célébrer son ascension parmi les plus grands, le millésime 2012 s’est habillé d‘une bouteille au design unique, sérigraphie noir et or.

« L’exigence nous amène à privilégier toujours l’excellence. C’est pour cela que notre étiquette est symbole de rêve et de confiance » Hubert de Boüard Laforest
Histoire du Château
C’est au début du 20e siècle que Maurice de Boüard hérite d’un domaine viticole qu’il agrandit en achetant 3 hectares de vignes situées à côté de Mazerat nommées Angélus. La propriété prend alors le nom de cette terre très ancienne depuis laquelle les vignerons locaux pouvaient entendre sonner l’Angélus provenant simultanément des trois chapelles. Les fils Boüard agrandissent peu à peu le château, dès lors appelé Angélus, en achetant les parcelles voisines jusqu’à atteindre sa configuration actuelle en 1960.

En 1954 le château est classé Grand Cru de Saint-Emilion, la notoriété accompagnant cet honneur lui permettra de traverser la crise des années 70 et le renouveau du vignoble bordelais dans les années 1980. Hubert de Boüard Laforest, descendant de Maurice et diplômé de l’université d’œnologie de Bordeaux décide de reprendre le domaine en main. Sa connaissance du vin ainsi que sa politique résolument moderne ont permis au domaine de faire énormément de progrès.

La mise en barriques précoce après macération, fumure organique, enherbement… font partie des innovations qui permettent à ce château de se hisser au plus haut niveau. Angélus a également été un des premiers châteaux à utiliser les tables de tri.

Stéphanie de Boüard-Rivoal, fille d’Hubert, a rejoint la direction du domaine en 2012, cette même année, le château accède au rang suprême de Premier grand cru classé A.

Aujourd'hui

Venant du milieu financier, la fille d’Hubert a su imposer ses idées, en commençant par la rigueur et l’organisation. Sa gestion moderne et ambitieuse doublée de la passion de la vigne, transmise par son père en font une gérante perfectionniste qui maîtrise tout le potentiel d’Angélus : « En face de nous, nous avons certes des concurrents investisseurs qui ont d’énormes moyens financiers, mais nous disposons d’autres atouts : une famille un savoir-faire, un terroir. » En réduisant le nombre de maison de négoce de son réseau de distribution de 140 à 80, Stéphanie fait le tri et ne veut que le meilleur pour Angélus, la réputation du château prime sur tout le reste. La communication, l’image et le rayonnement international du château sont au cœur de son projet. Le terroir exceptionnel dont elle profite et les grands millésimes des années 2000 lui permettront sans aucun doute d’asseoir Angélus sur le toit de la planète viticole.