SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Beychevelle 1989

  • 4ème Grand cru classé Saint-Julien, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

150,00 € TTC | HT

bouteille
par 12 bouteilles

Quantité : 12

Quantité Prix total
1 800,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 89/100

Wine Spectator
Noté 93/100

Jean Marc Quarin
Noté 89/100

Vinous
Noté 89/100

   
Notation RobertParker.com
Both the 1989 and 1990 wines scored slightly lower than in previous tastings. In contrast to the 1990, the 1989 Beychevelle, which usually performs better than it did in the recent tasting, is an elegant, medium-bodied wine with soft tannin, copious quantities of ripe, herb-tinged, blackcurrant fruit, some evidence of toasty oak, and a generous, velvety-textured finish. It appears to be evolving quickly, and can be drunk now as well as over the next 15 years.
Notation Wine Spectator
There is so much tobacco and red fruit on the nose of this wine. Exotic and decadent. Full-bodied, with a sleek and racy tannin structure and fresh acidity. Refreshing and clean, yet mature and wild. Still one of the big surprises of the vintage.
Notation Quarin
Rouge. Sombre. Sang. Légèrement brune. Brillante. Bonne intensité. Net. Intensité moyenne. Grillé. Boisé. Un peu rude. Pointe d'alcool. Net. Même registre. Un peu lourd. Attaque douce et subtile, se développant sur un toucher de bouche fin. Lente évolution grasse sur une structure de bonne concentration, puissante, qui laisse une fin de bouche très savoureuse et très très aromatique depuis son milieu. Finale de cerise, de chocolat fin, très fruitée. Beau vin.

Beychevelle

Commentaires du Château
Beychevelle est sans doute le plus beau château de Saint-Julien. Ses lignes élégantes ainsi que ses magnifiques parcs et jardins font l’admiration des nombreux visiteurs du Médoc. Mais Beychevelle, c’est avant tout une très grande exploitation viticole. La parcelle principale du Château se situe dans un terroir de graves garonnaises profondes, le terroir de prédilection du cabernet-sauvignon. Les vins qui en sont issus se caractérisent par un beau moelleux, des arômes subtils et épicés et une grande élégance qui définissent le style du Château.
Histoire du Château
C’est Jean-Louis Nogardet de La Valette, premier Duc d’Épernon, qui donna son nom à Beychevelle. Il était grand amiral de France. Aussi, lorsque des navires passaient devant son château, ils baissaient leurs voiles par respect pour le grand homme. «Bêche Velle » (baisse voile en Gascon) est donc devenu avec le temps Beychevelle. Le fils du Duc d’Epernon étant mort sans héritier, la propriété fut divisée en trois parties, deux d’entre elles devinrent le château Branaire Ducru et le château Ducru Beaucaillou.
En 1757 la propriété fut achetée par le Marquis Brassier de Budot , cette année-là le manoir fut détruit pour faire place au splendide château que nous connaissons aujourd’hui. Le domaine passa ensuite à l’armateur Jacques Conté, qui consacra peu de temps à l’exploitation. Aussi la réputation du domaine avait-elle considérablement baissé lorsqu’il la revendit vingt-cinq ans plus tard à son neveu, Pierre François Guestier. Le Château paiera ces années de négligence en obtenant modestement le rang de Quatrième Grand Cru classé en 1855. En 1874, la propriété est acquise par le banquier Armans Heine. Sa fille épousera ensuite Charles-Achille Fould, ses descendants resteront à la tête du château jusqu’à ce qu’il soit racheté par le groupe GMF.

Aujourd’hui…

Château Beychevelle appartient aujourd’hui à Grands Millésimes de France, détenu par les groupes Castel et Suntory et présidé depuis sa création par Aymar de Baillenx.
Depuis 1995, le groupe fait confiance à Philippe Blanc, ingénieur agronome, pour la gestion du domaine. Ce dernier est conscient des efforts accomplis depuis sa reprise et se veut confiant pour l’avenir : « Je crois que nous avons beaucoup progressé et que la situation de Beychevelle n’a jamais été aussi bonne en termes techniques et économiques. Nous sommes parfaitement dans la course des propriétés phares de Bordeaux et cela avec des investissements permanents, réguliers, mais cependant toujours raisonnables. »
Tourné vers l’avenir et fort de son passé, le château Beychevelle, comme son vin, dévoilera sa vraie dimension avec le temps.