SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Beychevelle 2000

  • 4ème Grand cru classé Saint-Julien, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

138,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 4

Quantité Prix total
138,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 91/100

Wine Spectator
Noté 91/100

Jean Marc Quarin
Noté 90/100

Jancis Robinson
Noté 17/20

   
Notation Quarin
Noté 16 en 2003-01 en bouteille au château
Robe rouge sombre, d'intensité moyenne à bonne, belle. Nez net, avec une touche de café torréfié, de fumé, fruité et avec une note d'alcool. C'est très bon ! Tendre, fruité, mais bien constitué, ce vin évolue juteux en bouche sur des tanins mûrs et enrobés. Belle finale fondante aux goûts de cassis et d'encre. Mariage du fruit et du bois parfaitement équilibré. C'est très bon.
Notation RobertParker.com
Wine Advocate # 146
Apr 2003
Robert Parker 91

Deep ruby/purple in color, with a sweet nose of black currants, earth, licorice, and mineral, the 2000 is relatively powerful and dense for the normally restrained and elegant Beychevelle. Medium to full-bodied, dense, and chewy, it is showing even better out of bottle than it was from cask. While it appears to be the finest example made at Beychevelle since the 1989 and 1982, patience will be required. Anticipated maturity: 2007-2020.
Notation Wine Spectator
Wonderful floral and blackberry aromas follow through to a compressed palate of full-bodied tannins and ripe fruit. Yet very fine and silky on the palate. Best Beychevelle I have had in years. Best after 2009. –JS
Score: 92
Issue: Mar 31, 2003
Commentaires
Le millésime 2000 se caractérise par un fruité bien présent (baies noires, cerises), très net, aimable, charnu, avec une très grande longueur en bouche portée par une belle acidité qui donne un très bel équilibre à ce vin. Les tannins sont présents, mûrs, sans astringence. Ce millésime présente plus de trame tannique que le précédent et bénéficie d'un grand potentiel d'évolution et de garde. Il est probablement le meilleur vin des 10 dernières années.

Beychevelle

Commentaires du Château
Beychevelle est sans doute le plus beau château de Saint-Julien. Ses lignes élégantes ainsi que ses magnifiques parcs et jardins font l’admiration des nombreux visiteurs du Médoc. Mais Beychevelle, c’est avant tout une très grande exploitation viticole. La parcelle principale du Château se situe dans un terroir de graves garonnaises profondes, le terroir de prédilection du cabernet-sauvignon. Les vins qui en sont issus se caractérisent par un beau moelleux, des arômes subtils et épicés et une grande élégance qui définissent le style du Château.
Histoire du Château
C’est Jean-Louis Nogardet de La Valette, premier Duc d’Épernon, qui donna son nom à Beychevelle. Il était grand amiral de France. Aussi, lorsque des navires passaient devant son château, ils baissaient leurs voiles par respect pour le grand homme. «Bêche Velle » (baisse voile en Gascon) est donc devenu avec le temps Beychevelle. Le fils du Duc d’Epernon étant mort sans héritier, la propriété fut divisée en trois parties, deux d’entre elles devinrent le château Branaire Ducru et le château Ducru Beaucaillou.
En 1757 la propriété fut achetée par le Marquis Brassier de Budot , cette année-là le manoir fut détruit pour faire place au splendide château que nous connaissons aujourd’hui. Le domaine passa ensuite à l’armateur Jacques Conté, qui consacra peu de temps à l’exploitation. Aussi la réputation du domaine avait-elle considérablement baissé lorsqu’il la revendit vingt-cinq ans plus tard à son neveu, Pierre François Guestier. Le Château paiera ces années de négligence en obtenant modestement le rang de Quatrième Grand Cru classé en 1855. En 1874, la propriété est acquise par le banquier Armans Heine. Sa fille épousera ensuite Charles-Achille Fould, ses descendants resteront à la tête du château jusqu’à ce qu’il soit racheté par le groupe GMF.

Aujourd’hui…

Château Beychevelle appartient aujourd’hui à Grands Millésimes de France, détenu par les groupes Castel et Suntory et présidé depuis sa création par Aymar de Baillenx.
Depuis 1995, le groupe fait confiance à Philippe Blanc, ingénieur agronome, pour la gestion du domaine. Ce dernier est conscient des efforts accomplis depuis sa reprise et se veut confiant pour l’avenir : « Je crois que nous avons beaucoup progressé et que la situation de Beychevelle n’a jamais été aussi bonne en termes techniques et économiques. Nous sommes parfaitement dans la course des propriétés phares de Bordeaux et cela avec des investissements permanents, réguliers, mais cependant toujours raisonnables. »
Tourné vers l’avenir et fort de son passé, le château Beychevelle, comme son vin, dévoilera sa vraie dimension avec le temps.