Nos équipes font le maximum pour assurer la livraison de vos commandes dans les meilleurs délais.*

Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Ducru Beaucaillou 1989

2ème Grand cru classé Saint-Julien, Bordeaux rouge

Ducru Beaucaillou 1989 2ème Grand cru classé Saint-Julien, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

147,60 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 10

Quantité Prix total
147,60 € TTC

Notations
Wine Spectator
Noté 92/100

Jean Marc Quarin
Noté 94/100

Jancis Robinson
Noté 17.5/20

Notation RobertParker.com

Wine Advocate #109
Feb 1997
Robert Parker 89
Drink: 2001 - 2020


Ducru's 1989 was one of the more tannic, backward wines in the blind tasting. It is cleanly made, and well-crafted, with plenty of black-raspberry and cassis fruit nicely touched by minerals and a fragrant, floral component. Medium-bodied, elegant, and well-endowed, this is a potentially outstanding wine if all the tannin melts away over the next 5-6 years. One of the least flattering 1989s to drink at present, it requires 4-5 more years of cellaring. Anticipated maturity: 2001-2020.

Notation Quarin

Nombre de dégustations effectuées : 3
Note moyenne sur 20 : 17.25
Note moyenne sur 100 : 93
Noté 17,5 - 18 en 2002-06 en bouteille chez un particulier
Robe rouge sombre, d'intensité moyenne à bonne et vive. Le nez est net, d'intensité moyenne, fruité, fin, avec des notes de cerise et cassis. Pareil à l'agitation. L'attaque est nette, souple et grasse, se développant sur un corps juteux et ample, plutôt plein. Lente évolution tanique serrée mais juteuse, finissant longue, puissante, grasse et savoureuse. Très bon vin mais encore jeune.

Notation Bettane & Desseauve

15,5/20 Bordeaux à boire, il est à maturité, son expression aromatique est aboutie mais sa puissance tannique tiendra encore. Bettane & Desseauve – Spécial Foire aux Vins 2014 – Août 2014

Ducru Beaucaillou

Commentaires du Château

Nommé ainsi grâce au terroir caillouteux qui l’entoure, le château Ducru-Beaucaillou, Deuxième Grand Cru Classé, a su utiliser ce dernier, qui lui offre drainage et maturité des raisins, pour en tirer un vin exceptionnel, mûr, ample et armé de tanins fondus. Parmi les Saint-Julien les plus représentatifs de l’appellation, il propose de grands vins qui se dégustent sur la durée, il lui faudra au moins une dizaine d’années pour qu’il dévoile son véritable potentiel…

Histoire du Château

Le domaine fut créé lors de la division du grand domaine de Beychevelle à la fin du 17e siècle. Un siècle plus tard, c’est Bertrand Ducru qui en fait l’acquisition. C’est lui qui fait agrandir le vignoble et amplifie grandement la notoriété de ses vins. Il donnera donc son nom au Château, suivi bien sûr de « Beaucaillou », qualifiant le terroir du domaine, jonché de gros et beaux cailloux.

La fille de Ducru vend le domaine à un irlandais, Nathaniel Johnston, qui marquera son histoire. En effet son régisseur utilisera une bouillie arborant un aspect bleu vert effroyable pour décourager les voleurs. Il remarque rapidement que sur les ceps traités qu’il n’y a pas d’attaque de mildiou : la bouillie bordelaise est née !

Le début du siècle dernier est difficile pour les châteaux bordelais, la prohibition aux États-Unis sur un fond de crise économique force Johnston a se séparer du domaine. Francis Borie reprend le domaine en 1928 et lance un programme important de replantation et de reconstruction. Lorsqu’il décède et laisse le château à son fils, Jean-Eugène Borie, en 1953, le vin de Ducru Beaucaillou, élevé au rang de Deuxième Grand Cru Classé un siècle auparavant, a regagné ses qualités d’antan. En 1978, François-Xavier Borie vient épauler son père à la tête du domaine.

Aujourd’hui

Depuis le millésime 2003 c’est Bruno-Eugène Borie, le fils cadet de Jean-Eugène, qui dirige le domaine. Il est épaulé par le maître de Chai René Lusseau pour les vinifications. Le travail remarquable réalisé par la famille Borie porte ses fruits. Les derniers millésimes ont été très bien reçus par les critiques, notamment le millésime 2009 qui a obtenu une note parfaite 100/100 de la part du critique américain Robert Parker.