SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Gazin 1988

  • Pomerol, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

108,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 7

Quantité Prix total
108,00 € TTC

Notations

Wine Spectator
Noté 91/100

Jean Marc Quarin
Noté 90/100

 
Notation Quarin
Nombre de dégustations effectuées : 2
Note moyenne sur 20 : 16
Note moyenne sur 100 : 89
Noté 16 en 1994-06 en bouteille au château
Robe rouge sombre et intense. Le nez est net mais il faut l’aérer. Nuance assez animale et giboyeuse avec du sous-bois, note de goudron. Le fruit vient. Attaque douce, se développant sur une structure de suite fruitée, de bonne concentration, qui évolue juteuse sur des tanins enrobés et assez fins. Bonne persistance, savoureuse où l’on suce le tanin avec un retour de nuances complexes évoquant le cassis et le chêne. Peut se goûter. Mérite d’être attendu. Goûté huit fois depuis la mise en bouteille, ce vin peut être dégusté à table aujourd’hui à condition de ne pas commencer directement par lui. Il mérite d’être introduit. Le décanter.

Gazin

Commentaires du Château
Situé idéalement entre les châteaux L’Evangile et Pétrus, il est indéniable que le vignoble de Gazin est destiné à la production d’un grand vin. Ici, le merlot est roi, et bien qu’il soit, en petite proportion, secondé par le cabernet-sauvignon et le cabernet franc, c’est lui qui dicte le style des pomerols. Sous sa loi, les vins sont riches, concentrés et développent un fruité très intense. Les fruits noirs et les pruneaux vous accueillent, les premières années, puis viennent les épices, le cuir et le tabac blond. Un Pomerol très fin au grand caractère…
Histoire du Château
Avant que la viticulture y soit installée, l’emplacement actuellement occupé par Gazin était un hôpital pour les pèlerins. D’où le nom de son second vin : l’Hospitalet de Gazin.
Au 18e siècle Gazin était un village constitué d’une vingtaine de vignerons contribuables, mais son histoire moderne ne commence qu’un siècle plus tard où une succession de familles ambitieuses permet de créer une exploitation viticole de qualité.
David Fabre succède à la famille Bayonne à la tête du domaine et fait connaitre Gazin aux négociants de la place de Bordeaux. Le vin du château, primé successivement aux ExpositionsUuniverselles de Paris et Anvers en 1878 et 1885, est alors considéré comme un des grands crus de Pomerol.
Les châteaux bordelais sont ensuite fortement touchés par le phylloxéra, les dégâts de la Grande Guerre et la crise financière de 1929. Alors sous l’égide de la famille Soualle depuis 1917, aussi propriétaire du château La Dominique à Saint-Emilion, le château connaitra une période difficile jusqu’en 1969. Étienne de Bailliencourt, descendant des Soualle, décide alors de se séparer de La Dominique, ainsi que de 4,5ha de vignes qu’il cédera à son illustre voisin, Pétrus, pour consolider Gazin. Il surmonte les difficultés et, son fils Nicolas qui a progressivement pris les rênes suit les traces de son père et rend, peu à peu, son éclat à Gazin.

Aujourd’hui

Les méthodes de vinification améliorées et beaucoup de minutie dans la gestion du vignoble, dont la direction technique est confiée à Mickaël Obert, permettent à Nicolas et son épouse Christine de faire de Gazin une référence à Pomerol.