SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Suggestions
Dans la même gamme de prix,
nous vous suggérons
Haut-Brion 1982
Pessac-Léognan
882,00 €  749,70 €
Mouton Rothschild 1980
Pauillac
720,00 €  684,00 €
Cheval Blanc 1982
Saint-Emilion
912,00 €  729,60 €
Margaux 1982
Margaux
720,00 €
Lafite Rothschild 1983
Pauillac
696,00 €
Margaux 1983
Margaux
696,00 €
Lafite Rothschild 1985
Pauillac
696,00 €
Mouton Rothschild 1986
Pauillac
840,00 €
Mouton Rothschild 1986
Pauillac
912,00 €
la Mouline 1983
Côte Rotie
816,00 €
Derniers vins consultés :

Haut-Brion 1982

  • 1er Grand cru classé Pessac-Léognan, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille
  • Etat : Etiquette abimée

816,00 €  693,60 € TTC | HT

Bouteille

Notations

Robert Parker
Noté 95/100

Wine Spectator
Noté 95/100

James Suckling
Noté 98/100

Jean Marc Quarin
Noté 91/100

Jancis Robinson
Noté 19/20

 

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

- 15 %

Notation RobertParker.com
Though having tasted the Haut-Brion 1982 on numerous occasions, it is still a divine Pessac-Léognan to cherish. Here at The Glasshouse restaurant, it has that lovely warm gravel on a summer's day bouquet, brown autumn leaves, bay leaf and here= a slightly more conspicuous note of black olive than I have noticed in the past. The palate is medium-bodied with fine tannins, again a little more diffuse than its fellow 1982 First Growths, but with just as much charm. If anything, it feels a little tighter and more backward than previous examples, perhaps suggesting that bottles of excellent provenance will last many years. It is a wonderful 1982 First Growth, not a pinnacle of the vintage, but disarmingly and utterly charming. Tasted July 2014.
Notation Wine Spectator
Dark ruby red. Tobacco, roasted coffee and light raisin. Full-bodied, with soft and silky tannins and a long finish. I have always loved this wine.--Bordeaux retrospective. Drink now. — JS
Notation James Suckling
This wine shows a medium garnet color with tea, sweet plum with currants and tobacco aromas that turn to dried flowers, leafs and mushrooms. It's full bodied, with sweet, and ripe dried dark fruits. The texture is super silky with fine tannins and a long finish. Slightly acidic at the end. Perfect to drink now, but will hold on for years to come.
Notation Quarin
Non décanté. Couleur évoluée, d’intensité moyenne. Nez discret qui merlote. En bouche le corps reste moyen, mais ce vin offre un goût très différent des autres dans lequel se mêlent la réglisse, l’encre, le goudron. Sa finale fumée et persistante est ce qu’il possède de mieux(...)
Notation Jancis Robinson
Enjoyed with Jay McInerney who was precluded from opening it (and the bottle of La Mission 1982 enjoyed alongside) when he took Eric Ripert of Le Bernardin to Frenchette who insisted he chose from their list of natural wines instead. In the prime of life. Mid ruby. Sweet, round, fairly soft (all tannin spent) with the signature warm bricks and tobacco aromas. Smudgy with a hint of sweet cassis. Really very gorgeous.

Haut-Brion

Commentaires du Château
Le Château Haut-Brion est la seule propriété hors Médoc à intégrer le classement de 1855. Bien que son caractère diffère de ses cousins médocains, le potentiel de son terroir de graves n’a rien à leur envier. Produisant des vins dits plus maigres que les autres premiers, le style du Château Haut-Brion est définitivement plus digeste et soyeux, surtout dans sa jeunesse. Muni de tanins très murs et d’une grande finesse aromatique, cet immense Pessac exhibe à maturité des notes qui s’étendent du gibier au sous-bois, en passant par les épices, un bouquet résolument séducteur.
Histoire du Château
Le nom de Haut-Brion est le premier a être mentionné dans l’histoire du Bordelais comme un cru reconnu. Alors que l’on pensait que le fonctionnaire londonien Samuel Pepys était le premier à l’avoir évoqué dans ses écrits en 1663, des recherches très récentes prouvent que le nom d’ « Aubrion », remonte à 1521 ! En ces temps le domaine est sous la direction de la famille de Pontac qui, consciente du potentiel de ce terroir fabuleux, met en œuvre de nouvelles techniques de vinification telles que l’ouillage et le soutirage, avec l’objectif de donner au vin la possibilité de se bonifier avec l’âge.

Le domaine reste dans les mains de la famille de Pontac jusqu’au début du 19e siècle où le célèbre ministre des Affaires étrangères de Napoléon, Monsieur de Talleyrand, en fait l’acquisition. Son illustre propriétaire servait alors le grand vin d’Haut-Brion lors de grandes occasions, par conséquent le prestige du château s’en voyait décuplé.

Un demi-siècle plus tard, la seconde exposition universelle révèle au monde entier le classement de 1855 des crus de Bordeaux, bien évidemment Château Haut-Brion figure parmi les quatre meilleurs… Le succès du domaine des graves n’avait surpris personne, car il était, depuis longtemps, apprécié et acclamé par les plus fins palais, comme l’ambassadeur américain Thomas Jefferson qui ne tarissait pas d’éloges sur ce cru.

Aujourd’hui

L’histoire moderne du château commence en 1935 avec l’arrivée de Clarence Dillon, grand financier new-yorkais, à sa tête. Alors qu’il désirait mettre la main sur le Château Cheval Blanc, son impatience et des conditions climatiques défavorables,l’amènent à se tourner vers Haut-Brion. De nos jours, le château est encore dirigé par la société « Domaine Clarence Dillon SAS ». L’implication et les investissements de la famille Dillon durant le siècle dernier ont permis à Haut-Brion de garder son image de Premier Grand Cru Classé, produisant chaque année l’un des meilleurs vins du monde…