SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Haut-Brion 2000

  • 1er Grand cru classé Pessac-Léognan, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

864,00 € TTC | HT

bouteille
par 6 bouteilles

Quantité Prix total
5 184,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 99+/100

Wine Spectator
Noté 94/100

James Suckling
Noté 95/100

Jean Marc Quarin
Noté 96/100

Jancis Robinson
Noté 18+/20

 
Notation RobertParker.com
Tasted from an ex-château bottle in Bordeaux, I was not surprised to find the 2000 Château Haut-Brion flirting with perfection. The nose is simply breathtaking - quintessential Haut-Brion with ebullient red berry fruit, roasted herbs, gravel, terracotta tiles on a warm summer's day...it is simply wave after wave of intoxicating scents that could bring even the most stoic person to tears of joy. The palate displays heavenly balance, pitch-perfect acidity, perhaps spicier than previous bottles that I have tasted, and what depth and dimension in this outstanding wine. That hint of graphite on the finish is a cheeky nod to Pauillac, as if to thumb its nose at the First Growths, because alongside Château Latour, almost by stealth, the Haut-Brion is one of the greatest Bordeaux in this millennial year. Tasted November 2014.
Notation Wine Spectator
This is well-endowed with a large core of fig, blackberry and black currant fruit that has light mulling spice, bay and tobacco nuances peeking out, while the tarry finish cuts a broad and deep swath. Obvious heft, but the elegance wins out in the end, with a lilting sandalwood and sweet tobacco—infused finish that just sails on and on.--Blind 2000 Bordeaux retrospective (December 2015). Best from 2018 through 2038.
Notation James Suckling
This 2000 starts with aromas of citrus fruit, currants, flowers, and fresh mushrooms. The palates leads off full and rich, with round tannins and a dusty texture. Plenty of fruit and sliced mushrooms on the palate, but it is still tight. Pull the cork after 2010.
Notation Quarin
Robe rouge sombre, intense et à peine évoluée. Le nez présente un brin de verdeur et c’est dommage. Entrée en bouche ample, fruitée et le vin se développe gras, puissant avec un goût mûr. Il s’achève tannique avec un grain un peu présent, mais une belle présence. Une fois encore, c’est cette présence particulière en finale qui définit ce cru.
Commentaires
Notes du Château : Très belle couleur, très dense, où se mêlent tout à la fois le beau rouge rubis du Haut-Brion et la couleur violine de la jeunesse. La rotation du vin dans le verre lui donne une notion de densité. Cette complexité se poursuit dans les arômes qui explosent tous à la fois : le boisé du chêne finement poli, la purée de mûres, de noyau de cerise, une touche de cassis, la douceur amère de la mangue. Le tout se retrouve encore avec plus de violence en bouche avec les notes empyreumatiques du cru, la finesse du moka, le grillé de la praline, le tout se fondant dans un tannin d'une très grande douceur complexe. La finale est sans fin… Bouteille exceptionnelle. A boire aujourd'hui, demain et sans doute pendant 100 ans. Vous pouvez l'ouvrir dès maintenant ! (2009) (Ouvrir : 2002 - 2098)

Haut-Brion

Commentaires du Château
Le Château Haut-Brion est la seule propriété hors Médoc à intégrer le classement de 1855. Bien que son caractère diffère de ses cousins médocains, le potentiel de son terroir de graves n’a rien à leur envier. Produisant des vins dits plus maigres que les autres premiers, le style du Château Haut-Brion est définitivement plus digeste et soyeux, surtout dans sa jeunesse. Muni de tanins très murs et d’une grande finesse aromatique, cet immense Pessac exhibe à maturité des notes qui s’étendent du gibier au sous-bois, en passant par les épices, un bouquet résolument séducteur.
Histoire du Château
Le nom de Haut-Brion est le premier a être mentionné dans l’histoire du Bordelais comme un cru reconnu. Alors que l’on pensait que le fonctionnaire londonien Samuel Pepys était le premier à l’avoir évoqué dans ses écrits en 1663, des recherches très récentes prouvent que le nom d’ « Aubrion », remonte à 1521 ! En ces temps le domaine est sous la direction de la famille de Pontac qui, consciente du potentiel de ce terroir fabuleux, met en œuvre de nouvelles techniques de vinification telles que l’ouillage et le soutirage, avec l’objectif de donner au vin la possibilité de se bonifier avec l’âge.

Le domaine reste dans les mains de la famille de Pontac jusqu’au début du 19e siècle où le célèbre ministre des Affaires étrangères de Napoléon, Monsieur de Talleyrand, en fait l’acquisition. Son illustre propriétaire servait alors le grand vin d’Haut-Brion lors de grandes occasions, par conséquent le prestige du château s’en voyait décuplé.

Un demi-siècle plus tard, la seconde exposition universelle révèle au monde entier le classement de 1855 des crus de Bordeaux, bien évidemment Château Haut-Brion figure parmi les quatre meilleurs… Le succès du domaine des graves n’avait surpris personne, car il était, depuis longtemps, apprécié et acclamé par les plus fins palais, comme l’ambassadeur américain Thomas Jefferson qui ne tarissait pas d’éloges sur ce cru.

Aujourd’hui

L’histoire moderne du château commence en 1935 avec l’arrivée de Clarence Dillon, grand financier new-yorkais, à sa tête. Alors qu’il désirait mettre la main sur le Château Cheval Blanc, son impatience et des conditions climatiques défavorables,l’amènent à se tourner vers Haut-Brion. De nos jours, le château est encore dirigé par la société « Domaine Clarence Dillon SAS ». L’implication et les investissements de la famille Dillon durant le siècle dernier ont permis à Haut-Brion de garder son image de Premier Grand Cru Classé, produisant chaque année l’un des meilleurs vins du monde…