SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Lafite Rothschild 1994

  • 1er Grand cru classé Pauillac, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

762,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 8

Quantité Prix total
762,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 90/100

Wine Spectator
Noté 93/100

Vinous
Noté 90/100

     
Notation Quarin
Nombre de dégustations effectuées : 5
Note moyenne sur 20 : 16
Note moyenne sur 100 : 89

Commentaire(s)
Noté 15 en 2004-06 en bouteille chez un particulier
Rouge sombre. Intensité moyenne à bonne. Evoluée. Un peu réduit. Un peu lourd. Un peu liège. Dès l'entrée en bouche, le vin se montre extrait mais avec de la caresse et du gras. Un temps, il semble que le gras va l'emporter, mais non. La finale asséche.

Noté 15,5 - 16 en 2003-02 en bouteille chez un particulier
Première partie de la dégustation à l'aveugle par série de trois vins (Mouton, Latour et Lafite) dans les millésimes et l'ordre suivant : 1994, 1988, 1995, 1996, 1986, 1990 et 1989. Crémeux. Fruité. Cassis. Prend de l'ampleur à l'air. Attaque nette et douce. Milieu de bouche rond, à la fois aromatique, à la fois tanique. Le vin est marqué par le bois et offre un petit tanin serré, très fumé. Belle persistance mais il y a une touche alcooleuse qui la simplifie. Moins bon que de coutume. Je regrette que le château ne m' ait pas reçu pour comparer ces deux résultats.

Noté 17.25 en 2001-10 en bouteille chez un particulier
Dégusté à l'aveugle dans une cave particulière. Rouge sombre. Intense. Noire. Jeune. Belle. Cristalline. Premier nez net. Intensité moyenne. Fruité. Note de sirop. Discret. Agitation. Mieux. Plus intense. Plus ouvert. Fin. Attaque douce, se développant sur un toucher de bouche élégant et fin. La saveur est mûre et le vin évolue avec une douceur renversante sur des tanins fondants et fins. Grande finale où apparaît un goût de prune. C'est long et très très bon, avec un grain de tanin magique. De l'étoffe fine mais si solide. Attendre 2010.

Noté 17,5 - 18 en 1997-02 en bouteille au château
Couleur Rouge sombre. Noire. Unie. Dense. Belle. Brillante. 1er Nez Net. Intensité moyenne. Grillé. Boisé. Fumé sur fond de myrtille. Note animale. Complexe. Agitation. Assez animal. Bouche Attaque nette, se développant sur une structure aérienne, très fruitée fraîche, au toucher de bouche magique. Evolution volumineuse en milieu de bouche puis sur des tanins fins, réglissés, floraux et complexes. Le vin fond en bouche sans aucune dureté et sans manquer de matière. Grande persistance à la texture serrée et pure. De la race dans ce vin très sapide. Avec ses 100% Cabernet-Sauvignon ce vin avait beaucoup étonné en primeur. L’évolution lui est très favorable.

Lafite Rothschild

Commentaires du Château
Même s’il est inutile de refaire une classification des Premiers Grands Crus Classés, de nombreux professionnels et amateurs du vin s’accordent à dire que Château Lafite Rothschild occupe la première place. Le mot qui qualifie certainement le mieux ce domaine légendaire serait « perfection ». Véritable exemple d’équilibre, ce cru est définitivement le plus fin des Pauillac. Moins robuste que Château Latour ou Château Mouton Rothschild, il se distingue par une élégance sans pareil et une fraîcheur aromatique surprenantes. Un Château qui a donné ses lettres de noblesse au cabernet-sauvignon, grâce à un terroir d’exception, et ce dernier le lui rend bien.
Histoire du Château
Le Château Lafite Rothschild produisait du vin depuis trois siècles avant que la famille de Ségur en fasse l’acquisition en 1670. Sous l’élan de ses ambitieux propriétaires, le vin de Lafite connait un succès retentissant dans les hautes sphères de la société française. On retrouve les bouteilles du cru bordelais à Versailles où la cour ne jure que par celui que l’on nomme « le vin du roi ».

Le sort du château se retrouve, quelques années après le fameux classement de 1855, entre les mains d’une famille qui va marquer l’histoire du vin français pour toujours : les Rothschild. Le Baron James est le premier Rothschild à la tête de Lafite, mais c’est après la Seconde Guerre mondiale que le domaine connait un véritable tournant sous l’impulsion du Baron Élie. Ce dernier réhabilite et agrandit le domaine tandis que ses démarches modernes en terme de communication comme l’organisation de « Tasting » à Londres permettent à Lafite Rothschild de regagner sa place sur le marché des vins.

Le Baron Éric, neveu d’Élie, prend les rênes en 1974, de ce Premier Grand Cru Classé et entreprend plusieurs chantiers. Le travail de replantation est doublé d’amendements (procédé permettant d’ajuster la composition du sol pour obtenir un meilleur fonctionnement naturel de ce dernier) ainsi que de la construction d’un chai de vieillissement révolutionnaire conçu par l’architecte catalan Ricardo Bofill.
Durant les années 80 et 90, les vins du Médoc franchissent un cap de plus grâce à des millésimes d’exception comme 1982, tant apprécié par le célèbre critique américain Robert Parker.

Aujourd’hui

Le passage du siècle s’est fait dans la sérénité, les millésimes d’exceptions s’enchaînent et inscrivent les grands vins du Château Lafite Rothschild dans les annales, on parlera encore longtemps de 2000, 2005, 2009, 2010 …