SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Margaux 1985

  • 1er Grand cru classé Margaux, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille
  • Etat : Niveau très légèrement bas

564,00 € TTC | HT

Bouteille

Notations

Robert Parker
Noté 95/100

Wine Spectator
Noté 93/100

Jean Marc Quarin
Noté 96/100

     

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Notation RobertParker.com
Approaching full maturity, this beautifully sweet Chateau Margaux has a dense plum/purple color and a huge, sweet nose of black currants intermixed with licorice, toast, underbrush, and flowers. Medium to full-bodied with supple tannin and a fleshy, juicy, very succulent and multi-layered mid-palate, this expansive, velvety wine has entered its plateau of maturity, where it should remain (assuming good storage) for at least another 10-15 years. A very delicious, seductive, and opulent Chateau Margaux to drink over the next two decades. Anticipated maturity: Now-2015. Last tasted, 10/02.
Notation Wine Spectator
Shows mint and savory notes out front, with a very elegant structure weaving gently around the core of dried cherry, red currant and pomegranate fruit. The long sandalwood and singed cedar finish is very stylish. A bit outpaced by '88 and '86 in this flight, but as a standalone wine this is very confident in its old age.--Non-blind Château Margaux vertical (December 2013). Drink now through 2024. –JM
Notation Quarin
Couleur évoluée, d’intensité moyenne. Nez discret et épicé, avec des nuances d’écorce d’agrumes. Délicieux en entrée de bouche, très moelleux, fondant, savoureux et parfumé, le vin évolue avec beaucoup de goût et un grain de tannin fin, avec beaucoup de présence entre le milieu et la finale. C’est délicieux et incrachable.
Commentaires
1985 est un millésime exceptionnel tant par la qualité que par la quantité ; il a toujours été très bon à boire, presque dès la fin de la fermentation. Le nez est toujours étonnamment fruité, fin et élégant, maintenant plus évolué et très complexe ; en bouche, on est d’abord frappé par la délicatesse et le charme des tanins particulièrement ronds et soyeux, mais la longueur et la persistance témoignent aussi d’une grande concentration. Aujourd’hui, 1985 est un de nos millésimes les plus agréables. On peut donc le boire sans problème, mais aussi sans hâte car il a sans nul doute le potentiel de largement se bonifier encore. (notes du château, juillet 2004)

Château Margaux

Commentaires du Château
Le Château Margaux a depuis toujours fait partie des plus grands domaines du Médoc. Seul Premier Grand Cru Classé sur la commune de Margaux, il reste un des noms les plus évocateurs du vignoble bordelais. Les vins de longue garde qui y sont produits sont parfumés, élégants et réputés pour allier finesse et puissance. On y retrouve des arômes profonds de cassis et de mûre avec lesquels se mêlent, après quelques années, des senteurs plus évoluées de tabac et de cèdre. Le nom de Margaux transcende son vin et évoque le raffinement suprême, on parle ici d’un des symboles de la culture française…
Histoire du Château
Le Château Margaux règne incontestablement sur le sud du Haut Médoc depuis le 17e siècle. Premier « claret » que l’on retrouve dans la fameuse maison d’enchères Christie’s, il est aussi premier de la classe lors du classement de 1855 lorsqu’il obtient, en plus de son titre de Premier Grand Cru Classé, la note parfaite de 20/20. Tourné vers l’excellence dès ses premiers pas, le Château Margaux surmonte les crises (guerres, phylloxéra) grâce à des investissements importants de ses propriétaires tour à tour fascinés par le potentiel infini de ce terroir.

La famille Ginestet, déjà propriétaire du Cos d’Estournel et du Clos Fourtet, acquiert le domaine en 1949, mais la crise pétrolière et ses répercussions sur le marché du vin de Bordeaux les contraignent à vendre le domaine à André Mentzelopoulos en1977.

Restructuration du vignoble, sélection parcellaire, élevage sous fûts de chêne neufs sont quelques-uns des chantiers qu’il entreprend, mais dont il ne verra malheureusement pas le résultat. Après son décès en 1980, sa fille Corinne Mentzelopoulos reprend alors les rênes du Château Margaux. L’élan spectaculaire insufflé par André Mentzelopoulos redonne à Margaux ses lettres de noblesse, alors qu’un évènement sans pareil va faire exploser le cours du Bordeaux : le millésime 1982.

Aujourd'hui …

Depuis les années 1980 Margaux est au sommet du monde du vin et continue chaque année de nous offrir des vins d’exception comme les millésimes 2009 et 2010 qui laissent les œnophiles rêveurs…
Paul Pontallier, qui a été directeur du château Margaux pendant plus de 30 ans avant de nous quitter subitement en 2016, confiait son étonnement pour le fantastique millésime 2009 : « Je n’avais jamais dégusté un vin comme le 2009. Cette réussite tient du mystère, il est tellement pur que cela semble religieux. »
Corinne Mentzelopoulos, épaulé par les conseils de l’œnologue bordelais Jacques Boissenot, propulse le château Margaux vers des vins « plus margalais » où la sensibilité et l’harmonie prennent le pas sur la concentration et la richesse.