SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Margaux 1986

  • 1er Grand cru classé Margaux, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

624,00 € TTC | HT

Bouteille

Notations

Robert Parker
Noté 97/100

Wine Spectator
Noté 95/100

Jean Marc Quarin
Noté 94/100

Vinous
Noté 98+/100

Jancis Robinson
Noté 17+/20

 

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Notation RobertParker.com
The 1986 Chateau Margaux is one of the dark horses of the vintage. It has an exquisite bouquet that is now fully mature, with a mixture of red and black fruit, violets, pastilles and hints of cold stone. It blossoms in the glass, gaining intensity all the time. The palate is medium-bodied with fine tannin, a more robust Margaux as you would expect given the vintage, clearly with firm backbone, more straight-laced than the 1985 or 1989. Yet there is wonderful delineation and focus here. If you seek strictness and classicism in a wine, then this is the place to come, plus there is superb mineralité and tension on the ferrous finish. Perhaps a little overlooked in recent years, the 1986 Margaux comes highly recommended for those who love the property. This is a wine finally coming of age. Tasted July 2016.
Notation Wine Spectator
This has matured fully but still clings to a slightly rugged feel, with a briar patch note framing the core of dried currant, blackberry and bitter cherry fruit. Twinges of alder, plum skin and cedar fill in the finish, which shows a decidedly grippy edge of smoldering charcoal. Impressive for depth and power, though this very tannic Margaux may never yield fully to the inherent elegance of its terroir. It can certainly handle more cellaring.--Non-blind Château Margaux vertical (December 2013). Drink now through 2030.
Notation Quarin
Couleur sombre, de bonne intensité et évoluée. Nez moyennement aromatique, animal dont le fruité un peu cuit signe une bouteille qui n’est pas à son avantage. Bouche magique de par son fondant dés l’entrée. Texture de rêve. Cependant après le milieu de bouche, le vin s’achève un peu vif et âpre malgré une belle saveur.
Notation Jancis Robinson
Looks much younger than the 1988. Deep crimson. A little bit of TCA, alas. Very tough fruit and a bit tough on the end – because of TCA? Lack of flesh. Drying finish. Not a good bottle? Acidity dominates a little but there is lots of dry tannin.

Château Margaux

Commentaires du Château
Le Château Margaux a depuis toujours fait partie des plus grands domaines du Médoc. Seul Premier Grand Cru Classé sur la commune de Margaux, il reste un des noms les plus évocateurs du vignoble bordelais. Les vins de longue garde qui y sont produits sont parfumés, élégants et réputés pour allier finesse et puissance. On y retrouve des arômes profonds de cassis et de mûre avec lesquels se mêlent, après quelques années, des senteurs plus évoluées de tabac et de cèdre. Le nom de Margaux transcende son vin et évoque le raffinement suprême, on parle ici d’un des symboles de la culture française…
Histoire du Château
Le Château Margaux règne incontestablement sur le sud du Haut Médoc depuis le 17e siècle. Premier « claret » que l’on retrouve dans la fameuse maison d’enchères Christie’s, il est aussi premier de la classe lors du classement de 1855 lorsqu’il obtient, en plus de son titre de Premier Grand Cru Classé, la note parfaite de 20/20. Tourné vers l’excellence dès ses premiers pas, le Château Margaux surmonte les crises (guerres, phylloxéra) grâce à des investissements importants de ses propriétaires tour à tour fascinés par le potentiel infini de ce terroir.

La famille Ginestet, déjà propriétaire du Cos d’Estournel et du Clos Fourtet, acquiert le domaine en 1949, mais la crise pétrolière et ses répercussions sur le marché du vin de Bordeaux les contraignent à vendre le domaine à André Mentzelopoulos en1977.

Restructuration du vignoble, sélection parcellaire, élevage sous fûts de chêne neufs sont quelques-uns des chantiers qu’il entreprend, mais dont il ne verra malheureusement pas le résultat. Après son décès en 1980, sa fille Corinne Mentzelopoulos reprend alors les rênes du Château Margaux. L’élan spectaculaire insufflé par André Mentzelopoulos redonne à Margaux ses lettres de noblesse, alors qu’un évènement sans pareil va faire exploser le cours du Bordeaux : le millésime 1982.

Aujourd'hui …

Depuis les années 1980 Margaux est au sommet du monde du vin et continue chaque année de nous offrir des vins d’exception comme les millésimes 2009 et 2010 qui laissent les œnophiles rêveurs…
Paul Pontallier, qui a été directeur du château Margaux pendant plus de 30 ans avant de nous quitter subitement en 2016, confiait son étonnement pour le fantastique millésime 2009 : « Je n’avais jamais dégusté un vin comme le 2009. Cette réussite tient du mystère, il est tellement pur que cela semble religieux. »
Corinne Mentzelopoulos, épaulé par les conseils de l’œnologue bordelais Jacques Boissenot, propulse le château Margaux vers des vins « plus margalais » où la sensibilité et l’harmonie prennent le pas sur la concentration et la richesse.