SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Suggestions
Dans la même gamme de prix,
nous vous suggérons
Margaux 1988
Margaux
462,00 €
Margaux 1989
Margaux
492,00 €
Margaux 1991
Margaux
396,00 €
Margaux 1991
Margaux
420,00 €
Margaux 1992
Margaux
420,00 €
Margaux 1992
Margaux
426,00 €
Margaux 1993
Margaux
408,00 €
Margaux 1994
Margaux
456,00 €
Margaux 1994
Margaux
462,00 €
Margaux 1995
Margaux
528,00 €
Latour 1987
Pauillac
444,00 €
Mouton Rothschild 1987
Pauillac
390,00 €  370,50 €
Mouton Rothschild 1987
Pauillac
390,00 €  370,50 €
Latour 1988
Pauillac
504,00 €
Latour 1988
Pauillac
480,00 €
Derniers vins consultés :

Margaux 1992

  • 1er Grand cru classé Margaux, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

426,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 8

Quantité Prix total
426,00 € TTC

Notations

     
Commentaires
Un très gros travail à la vigne a été nécessaire pour pallier les conditions climatiques assez défavorables; d’abord pour la protection du vignoble, puis pour éclaircir la récolte qui s’annonçait importante; enfin, dans la sélection au moment des vendanges, qui a été particulièrement soignée. On trouve beaucoup de distinction et de finesse dans ce vin aux proportions relativement modestes mais très harmonieuses. On aurait pu craindre dans ce millésime un niveau insuffisant de maturité des tanins, mais leur souplesse et leur rondeur attestent une fois encore le génie du terroir. Château Margaux 1992 présente aujourd’hui beaucoup de charme et de finesse au nez; le bouquet est mûr, complexe, somme toute très typique. En bouche, il est tendre, fin et se termine sur une note très douce. Ce n’est peut-être pas un vin qui impressionne, mais il donne beaucoup de plaisir … D’ailleurs on peut commencer à le boire, mais il est probable qu’il devienne encore plus fin et complexe d’ici quelques années. (Avril 2007)

Château Margaux

Commentaires du Château
Le Château Margaux a depuis toujours fait partie des plus grands domaines du Médoc. Seul Premier Grand Cru Classé sur la commune de Margaux, il reste un des noms les plus évocateurs du vignoble bordelais. Les vins de longue garde qui y sont produits sont parfumés, élégants et réputés pour allier finesse et puissance. On y retrouve des arômes profonds de cassis et de mûre avec lesquels se mêlent, après quelques années, des senteurs plus évoluées de tabac et de cèdre. Le nom de Margaux transcende son vin et évoque le raffinement suprême, on parle ici d’un des symboles de la culture française…
Histoire du Château
Le Château Margaux règne incontestablement sur le sud du Haut Médoc depuis le 17e siècle. Premier « claret » que l’on retrouve dans la fameuse maison d’enchères Christie’s, il est aussi premier de la classe lors du classement de 1855 lorsqu’il obtient, en plus de son titre de Premier Grand Cru Classé, la note parfaite de 20/20. Tourné vers l’excellence dès ses premiers pas, le Château Margaux surmonte les crises (guerres, phylloxéra) grâce à des investissements importants de ses propriétaires tour à tour fascinés par le potentiel infini de ce terroir.

La famille Ginestet, déjà propriétaire du Cos d’Estournel et du Clos Fourtet, acquiert le domaine en 1949, mais la crise pétrolière et ses répercussions sur le marché du vin de Bordeaux les contraignent à vendre le domaine à André Mentzelopoulos en1977.

Restructuration du vignoble, sélection parcellaire, élevage sous fûts de chêne neufs sont quelques-uns des chantiers qu’il entreprend, mais dont il ne verra malheureusement pas le résultat. Après son décès en 1980, sa fille Corinne Mentzelopoulos reprend alors les rênes du Château Margaux. L’élan spectaculaire insufflé par André Mentzelopoulos redonne à Margaux ses lettres de noblesse, alors qu’un évènement sans pareil va faire exploser le cours du Bordeaux : le millésime 1982.

Aujourd'hui …

Depuis les années 1980 Margaux est au sommet du monde du vin et continue chaque année de nous offrir des vins d’exception comme les millésimes 2009 et 2010 qui laissent les œnophiles rêveurs…
Paul Pontallier, qui a été directeur du château Margaux pendant plus de 30 ans avant de nous quitter subitement en 2016, confiait son étonnement pour le fantastique millésime 2009 : « Je n’avais jamais dégusté un vin comme le 2009. Cette réussite tient du mystère, il est tellement pur que cela semble religieux. »
Corinne Mentzelopoulos, épaulé par les conseils de l’œnologue bordelais Jacques Boissenot, propulse le château Margaux vers des vins « plus margalais » où la sensibilité et l’harmonie prennent le pas sur la concentration et la richesse.