SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Margaux 1994

  • 1er Grand cru classé Margaux, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

462,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 5

Quantité Prix total
462,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 91+/100

Wine Spectator
Noté 90/100

Jean Marc Quarin
Noté 91/100

     
Notation RobertParker.com
This largely forgotten vintage seems to have turned the corner in the last year or two. Because of strict selections made at the top chateaux, the wines always had density, but the level of tannin was frequently too high, and the type of tannin was more green and astringent. Chateau Margaux’s 1994 has always been one of the candidates for the “wine of the vintage.” The wine still has a dense plum/purple color and a big, sweet nose of black fruits intermixed with licorice, camphor, vanilla, and a hint of flowers. The wine is dense and powerful, but the tannins have softened and do not seem as hard and intrusive as they did in the late nineties. This wine will last for decades and hopefully become even more seamless, although it is hard to believe all the tannin will gradually dissipate.

Ce millésime largement oublié semble avoir pris un tournant au cours des deux dernières années. En raison des sélections strictes faites dans les châteaux, les vins ont toujours eu de la densité, mais le niveau de tanin était souvent trop élevé, et ils étaient légèrement en sous-maturité et astringent. Château Margaux 1994 a toujours été l'un des candidats pour le "vin du millésime". Le vin a encore une robe dense prune-pourpre et un nez gourmand de fruits noirs entremêlé de réglisse, de camphre, de vanille et d'un soupçon de fleurs. Le vin est dense et puissant, mais les tanins se sont ramollis et ne semblent pas aussi durs et intrusifs qu'à la fin des années 90. Ce vin durera des décennies et, espérons-le, deviendra encore plus homogène, bien qu'il soit difficile de croire que tous les tanins se dissiperont progressivement.
Notation Quarin
Couleur sombre et légèrement évoluée. Nez complexe de prune, cèdre, encre et fruits mûrs. Bouche caressante, savoureuse, très équilibrée à la finale tramée, un peu fumée. Un des plaisirs de la soirée.
Commentaires
Peut-être en 1994 les cabernets sauvignons ont-ils manqué, malgré tout, de quelques jours de soleil supplémentaires. Ils ont donné des vins très concentrés, tanniques, avec une finale un peu dure. Château Margaux 1994 est un vin dense et puissant, encore un peu austère. La structure tannique est serrée, mais plus fondue qu’on pouvait le supposer au moment de l’assemblage. Aujourd’hui, le bouquet se développe bien, on peut commencer à le boire. (Avril 2007)

Château Margaux

Commentaires du Château
Le Château Margaux a depuis toujours fait partie des plus grands domaines du Médoc. Seul Premier Grand Cru Classé sur la commune de Margaux, il reste un des noms les plus évocateurs du vignoble bordelais. Les vins de longue garde qui y sont produits sont parfumés, élégants et réputés pour allier finesse et puissance. On y retrouve des arômes profonds de cassis et de mûre avec lesquels se mêlent, après quelques années, des senteurs plus évoluées de tabac et de cèdre. Le nom de Margaux transcende son vin et évoque le raffinement suprême, on parle ici d’un des symboles de la culture française…
Histoire du Château
Le Château Margaux règne incontestablement sur le sud du Haut Médoc depuis le 17e siècle. Premier « claret » que l’on retrouve dans la fameuse maison d’enchères Christie’s, il est aussi premier de la classe lors du classement de 1855 lorsqu’il obtient, en plus de son titre de Premier Grand Cru Classé, la note parfaite de 20/20. Tourné vers l’excellence dès ses premiers pas, le Château Margaux surmonte les crises (guerres, phylloxéra) grâce à des investissements importants de ses propriétaires tour à tour fascinés par le potentiel infini de ce terroir.

La famille Ginestet, déjà propriétaire du Cos d’Estournel et du Clos Fourtet, acquiert le domaine en 1949, mais la crise pétrolière et ses répercussions sur le marché du vin de Bordeaux les contraignent à vendre le domaine à André Mentzelopoulos en1977.

Restructuration du vignoble, sélection parcellaire, élevage sous fûts de chêne neufs sont quelques-uns des chantiers qu’il entreprend, mais dont il ne verra malheureusement pas le résultat. Après son décès en 1980, sa fille Corinne Mentzelopoulos reprend alors les rênes du Château Margaux. L’élan spectaculaire insufflé par André Mentzelopoulos redonne à Margaux ses lettres de noblesse, alors qu’un évènement sans pareil va faire exploser le cours du Bordeaux : le millésime 1982.

Aujourd'hui …

Depuis les années 1980 Margaux est au sommet du monde du vin et continue chaque année de nous offrir des vins d’exception comme les millésimes 2009 et 2010 qui laissent les œnophiles rêveurs…
Paul Pontallier, qui a été directeur du château Margaux pendant plus de 30 ans avant de nous quitter subitement en 2016, confiait son étonnement pour le fantastique millésime 2009 : « Je n’avais jamais dégusté un vin comme le 2009. Cette réussite tient du mystère, il est tellement pur que cela semble religieux. »
Corinne Mentzelopoulos, épaulé par les conseils de l’œnologue bordelais Jacques Boissenot, propulse le château Margaux vers des vins « plus margalais » où la sensibilité et l’harmonie prennent le pas sur la concentration et la richesse.