SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Montrose 2009

  • 2ème Grand cru classé Saint-Estèphe, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

300,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 6

Quantité Prix total
300,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 100/100

Wine Spectator
Noté 97/100

James Suckling
Noté 98/100

Jean Marc Quarin
Noté 95/100

La Revue du Vin de France
Noté 19.5/20

Jancis Robinson
Noté 17/20

     
Notation RobertParker.com
Alléluia, quel nez fabuleux ! Le Montrose 2009, qui possède une robe grenat foncée, dévoile un nez sur des notes de Forêt-Noire, de réglisse, de crème de cassis et des notes de charbon, de truffes, de tapenade et de menthol, ainsi qu’un soupçon d'anis étoilé. La bouche est corsée, riche, super concentrée et pourtant superbement harmonieuse avec une structure ferme, des tanins mûrs et granuleux ; et une fraîcheur merveilleuse, sur une finale longue et minérale.

Hallelujah—what a glorious nose! The deep garnet colored 2009 Montrose features beautiful Black Forest cake, licorice, crème de cassis and warm blueberries scents with hints of charcoal, truffles, tapenade and menthol plus a waft of star anise. The palate is full-bodied, rich, super concentrated and yet superbly harmonious with a firm backbone of ripe, grainy tannins and wonderful freshness, finishing long and mineral laced.
Notation Wine Spectator
A bit of a brute, with a very chewy bittersweet ganache, tobacco and roasted fig core splayed open right now by a dagger of roasted apple wood, allspice and cedar. Long and dense through the finish, with a strong singed iron edge. The stuffing is certainly there, but this will take a while to come together as it's running unbridled right now. Proves you can still get classic old-school Bordeaux.
Notation James Suckling
Blueberries, currants and Indian spices on the nose follow through to a full body, with ultra-fine tannins and a lovely finish. It's intense and refined. A beauty. It goes on for minutes. Speechless. Better and cleaner than the great 1990. Try in 2022.
Notation Quarin
Très belle couleur, intense, belle et pourpre. Nez moyennement aromatique, au fruité frais et surtout pur. Caressant en entrée de bouche et de suite très savoureux, le vin se développe tramé, très fruité, sur une bonne corpulence, vers une finale savoureuse et longue, mais austère. Jamais je ne l'ai goûté aussi peu hédoniste. Attendre.
Notation RVF
Une réussite majeure pour Montrose. Le vin capte le meilleur du millésime : la générosité et l’ampleur. Comme souvent dans les années très mûres, il conserve une fraîcheur superbe et beaucoup de sève.

Montrose

Commentaires du Château
Certainement un des crus classés les mieux situés du Médoc, à un jet de pierre de l’estuaire, son vignoble profite du microclimat stable généré par ce large cours d’eau. Par conséquent les baies arrivent à une maturité homogène quelques jours avant les vignobles voisins. Un avantage naturel considérable qui permet à Montrose d’obtenir une grande qualité avec beaucoup de régularité. Les vins proposent des arômes de cassis très mûrs qui avec le temps se déclinent sur des nuances exquises de cuir, de bois de cèdre et d’épices.
Histoire du Château
L’histoire de tous les grands châteaux bordelais se croise par le biais d’une personne très importante dans l’histoire bordelaise, Alexandre de Ségur, surnommé aussi le prince des vignes. Alors qu’il hérite de Mouton, Lafite et Latour, son fils Nicolas entre en possession de Calon dont il déclare « je fais déjà du vin à Latour, Lafite, mais mon cœur est à Calon ». Il établit donc un niveau d’excellence à atteindre pour ce terroir de Saint-Estèphe, dont il a déjà repéré le potentiel.

Le domaine passe ensuite dans les mains de la famille Dumoulin, dont le fils va remarquer un coin oublié couvert de bruyères à la floraison rose. Persuadé du potentiel de cette lande il la fait défricher et la plante en vignes. Un château s’y construit ensuite, vous l’avez compris il s’agit de la naissance de Montrose. Lorsque les Dumoulin vendent Calon en 1824, ils conservent judicieusement le château Montrose. Trente-et-un ans plus tard lors du classement de 1855, ils obtiendront tous deux le rang de Second Cru Classé.
Cinq ans plus tard, la famille se défait du domaine au profit de Mathieu Dollfus, qui s’investit autant humainement que financièrement dans le domaine. Il aménage des ateliers, maisons pour les vignerons, parc à bœufs, le château Montrose est finalement presque un petit village.

En 1896 un nouveau propriétaire Louis Victor Charmolüe arrive. Il faut noter que ce dernier est né au château Figeac à Saint-Emilion, une référence, bien sûr, de très bon augure. La famille Charmolüe tiendra le domaine jusqu’en 2006.

Aujourd’hui

Depuis 2006, ce sont les frères Martin et Olivier Bouygues qui dirigent le château Montrose. Un grand projet de rénovation va rapidement suivre (2007-2013), un nouveau chai est construit et le château possède désormais les meilleurs équipements viti-vinicoles.
Dans la continuité de leurs prédécesseurs, Martin et Olivier Bouygues désirent continuellement valoriser ce terroir exceptionnel.