SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Palmer 2005

  • 3ème Grand cru classé Margaux, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

342,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 7

Quantité Prix total
342,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 97/100

Wine Spectator
Noté 94/100

James Suckling
Noté 94/100

Jean Marc Quarin
Noté 96/100

La Revue du Vin de France
Noté 18/20

Jancis Robinson
Noté 17+/20

     
Notation RobertParker.com
Tasted at the Château Palmer vertical in London, the 2005 Château Palmer is a legend in the making. Apparently the vines received 57% less rain than average, yet the 2005 shrugs off any water deficiency and has nurtured a wondrously pixelated bouquet, whereby mineralité shines through the black cherry and blueberry fruit. Search deeper and you discover veins of graphite that impart a Pauillac-like allure. The palate is medium-bodied and intense, but it is not overwhelming, a Margaux that is galvanized with a firm backbone thereby ensuring this will age over the long term. The symmetry here is enthralling - a 2005 that is destined for greatness. The only question is whether it will surpass the 2009 or 2010 Palmer? It will be fun finding out.

Dégusté lors de la verticale Château Palmer à Londres, Palmer 2005 est une légende en devenir. (…) Le millésime 2005 ne souffre d'aucune carence en eau. Son bouquet est merveilleusement garni, où la minéralité brille à travers la cerise noire et la myrtille. Cherchez plus loin et vous découvrirez des notes de graphite qui lui confèrent une allure de Pauillac. Le palais est moyennement corsé mais intense, il n'est pas écrasant, un Margaux galvanisé avec un profil ferme, assurant ainsi son vieillissement à long terme. La symétrie du vin est ici passionnante - un 2005 qui est destiné à la grandeur. La seule question est de savoir s'il va surpasser le Palmer 2009 ou 2010 ? Ce sera amusant de le découvrir.
Notation Wine Spectator
Dark in color, with intense aromas of crushed berry, toasty oak and hints of raisin, turning to fresh flowers. Full-bodied, with a big, juicy, velvety texture and a long aftertaste of coffee, coconut and berry. This is powerful and muscular for Palmer. Best after 2012.
Notation James Suckling
What a nose of milk chocolate, with raspberries and hints of plums and flowers. A wonderful nose. Full-bodied, with super velvety tannins and a chocolate, nut, and dark fruit character on the palate. The fine tannins and great balance make you want to drink this, but you should wait and let it all out. Pull the cork in 2016.
Notation Quarin
Dégusté juste après la mise en bouteilles. Belle couleur sombre. Nez d'abord animal, puis plus fin à l'agitation, plus intense et plus puissant. Note chaleureuse.Très belle entrée en bouche suave et grasse. De suite, le vin se développe minutieux, finement pulpeux. A partir du milieu de bouche, il retrouve sa droiture, son élégance et sa définition margalaise. Fondant en finale, on n'y sent jamais le tanin. Il s'achève très long et très aromatique. C'est du grand vin..
Notation RVF
Il defend son style rond et charmeur dans ce millésime de belle maturité. Le vin est ample, avec une attaque en bouche très suave. Il possède beaucoup de gras et de charme. La bouche est chaleureuse mais équilibrée. Un palmer exuberant qui ira très loin. Spécial BORDEAUX 2005 – La RVF N° 586 – Novembre 2014
Notation Jancis Robinson
Tasted blind. Blackish crimson. Very light spearmint on the nose. Intriguing. Lots of flavour here. Thick and ambitious and zesty with a hint of orange peel and real density.

Palmer

Commentaires du Château
Il existe un domaine de l’appellation Margaux qui, seul, peut prétendre à s’approcher de la qualité des Premiers Crus Classés. « Troisième officiel, second officieux et premier en puissance » affirment d’ailleurs les familles Sichel et Mälher-Besse, propriétaires depuis 1938 du Château Palmer. On ne peut que confirmer que le rang de ce cru mythique est en décalage avec le classement de 1855 et son rang de Troisième Grand Cru Classé.
Château Palmer dessine un vin d’exception délicat, subtil et parfumé où se mêlent les fruits, les fleurs et les épices. Les tanins d’une suavité remarquable transposent ce terroir unique, conduit aujourd’hui en biodynamie. Palmer c’est l’équilibre entre la richesse aromatique et une structure d’un soyeux éclatant, c’est un vin au charme incomparable.
Histoire du Château
Le Général Palmer est un Officier britannique qui achète auprès de la famille Gasq un domaine dans le village de Margaux en 1814. Le Général, qui est un homme de passion, sacrifie beaucoup de temps et d’argent dans ce domaine. Il agrandit le vignoble pour atteindre 82 hectares en 1830. Pour des raisons financières, il devra vendre sa propriété en 1843. Son nom et son dévouement pour l’excellence resteront eux, inhérents au Château.

En juin 1853, deux frères banquiers et rivaux des Rothschild, les Péreires, se portent acquéreurs du château. Ses derniers sont, eux aussi, des personnages hors du commun, enrichis par la reconstruction de la France sous Napoléon III. Ils sont plus connus pour la création de la célèbre station balnéaire d’Arcachon.

Seulement deux ans plus tard le Château est classé au rang de Troisième Cru Classé, alors qu’il est considéré être du niveau des Premiers Crus Classés par bien des dégustateurs. Les Péreires continuent d’embellir le Château Palmer et de réorganiser le vignoble. La fin du XIXe siècle et le début du XXe ne sont guère cléments pour le vignoble bordelais et la crise de 1930 forçera les banquiers à céder le Château. Celui-ci sera repris par quatre familles bordelaises, dont les Mähler-Besse et les Sichel, qui sont à ce jour toujours actionnaires du Château.

Après les drames de la Seconde Guerre mondiale, les années 50 voient la reconstruction du vignoble. Grâce à l’appui de la Famille Chardon, une dynastie de régisseurs présents à Château Palmer depuis 1893, et l’investissement des propriétaires, Château Palmer s’inscrit dans l’histoire en sublimant certains millésimes comme 1961, encore noté 99 par Robert Parker, qui constitue une véritable légende à Margaux.

Aujourd’hui

En 2004 les actionnaires confient les rênes de Château Palmer à Thomas Duroux, ingénieur agronome et œnologue. A 34 ans il apporte ses dix ans d’expérience acquise à travers le monde chez les plus grands (Toscane, Californie…). Toujours en quête d’absolu, ce dernier innove par la tradition. Des graves sableuses en surface et argileuses en profondeur forment ce terroir unique qui est au cœur du style Palmer. « Ce qui est fascinant, c’est que, malgré quatre-cents ans d’histoire, on n’a pas encore tout révélé, on dévoile progressivement de nouvelles choses ».