SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Pavie 1998

  • 1er Grand cru B classé Saint-Emilion, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

300,00 € TTC | HT

Bouteille

Notations

Robert Parker
Noté 97/100

Wine Spectator
Noté 93/100

Jean Marc Quarin
Noté 90/100

Jancis Robinson
Noté 18/20

   

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Notation RobertParker.com
Wine Advocate # 134
Apr 2001
Robert Parker 95
Drink: 2006 - 2045


A 50-year wine, this opaque purple-colored offering exhibits a strong, precise nose of black fruits, liquid minerals, smoke, and graphite. Extremely full-bodied, yet brilliantly delineated, powerful, and awesomely concentrated, it boasts a fabulous mid-palate as well as a finish that lasts for nearly a minute. This vin de garde requires 5-6 years of cellaring. A tour de force in winemaking, it has the potential to be the most profound Pavie ever produced, except for its two successors. Anticipated maturity: 2006-2045.
Commentaires du Château
1998 : C’était le renouveau. Ce millésime marque un changement important dans la perception gustative du Château Pavie. La couleur est soutenue, d’un rubis sombre avec des reflets orangés et bruns. Le nez fait preuve d’une très bonne intensité, avec une multitude d’arômes variés, les épices, la cannelle, la gelée de cerise, la griotte confite, mais aussi une note cacao que l’on retrouve à plusieurs reprises dans l’identité aromatique de Pavie. On peut ajouter une fraîcheur au nez qui se caractérise par un menthol vivifiant. Le vin en bouche est flatteur, il nous envoûte avec un grain de tanins fin et serré, mais aussi avec une matière riche et opulente, qui nappe le palais pour y rester très longtemps. Il faut noter la qualité de maturité de ce cru qui nous réconforte dans l’analyse du millésime 98 à Saint-Émilion. La persistance en bouche est très longue et la fraîcheur arrive nous donnant du relief, une touche poivrée ressort. C’est un très grand millésime, qui commence à bien se déguster pour notre plus grand bonheur. Le potentiel de garde est très grand. On remarque que même après 10 ans, ce vin reste très jeune.

Un joli pot au feu bourgeois au foie gras et truffe, un canard sauvage rôti au cassis, l’entrecôte aux sarments de vigne, mais encore un feuilleté aux champignons des bois, avec girolles et cèpes.

Pavie

Commentaires du Château
S’il doit y avoir une vérité indéniable, c’est qu’il est nécessaire d’avoir un grand terroir pour produire un grand vin. Situé sur la pente sud de la ville de Saint-Emilion sur un sol de calcaire blanc friable et un sous-sol argilo calcaire plus épais, le château Pavie offre au merlot son terroir de prédilection. Les vins ont une texture veloutée, beaucoup de souplesse et un goût chaleureux. Dans sa jeunesse, il nous propose des arômes de griotte, de prune et de chêne alors qu’en vieillissant sa palette aromatique décline des flaveurs plus évoluées : du tabac, du cèdre et de la noisette grillée.
Histoire du Château
Si l’on ne voit le nom de Pavie qu’à partir du 19e siècle, il faut savoir que la vigne arbore la côte de Saint-Emilion (où se trouve le vignoble actuel) depuis le IVe siècle. Durant la seconde moitié du 19e, le domaine est divisé et change plusieurs fois de propriétaires pour finalement donner naissance aux trois Pavie que nous connaissons aujourd’hui : Pavie, Pavie Macquin et Pavie Decesse. Le négociant bordelais, Ferdinand Bouffard, hérite du domaine en 1873, et développe la production d’un vin dont la qualité fut reconnue. Lorsqu’il décède en 1912, c’est Albert Porte qui devient le propriétaire, il unifie les domaines pour créer enfin le château Pavie. Le négociant Alexandre Valette, déjà propriétaire de Troplong Mondot, rachète le domaine en 1943. En 1955, les vins de Saint-Emilion sont classés pour la première fois, le château Pavie accède au rang de Premier Grand Cru Classé B. En 1998 c’est Gérard Perse, un grand passionné, qui rachète le domaine. Déjà propriétaire du château Monbousquet depuis 1993, il rêvait de Pavie, dès que l’occasion s’est présentée, il l’a naturellement saisie. Après une rénovation immédiate des chais de vieillissement, obsolètes à son goût, Gérard vinifie ses premiers millésimes, il veut obtenir un vin dans lequel la pureté du fruit domine. Quelques années plus tard, Parker attribue la note parfaite (100/100) au millésime 2003 et le classe parmi les 100 meilleurs vins au monde.

Aujourd’hui

En 2012, c’est la consécration, après la révision du classement des crus de St-Emilion, le Château Pavie (avec l’Angélus) accède au range de premier grand cru classé A. L’effort et le perfectionnisme de la famille Perse sont récompensés. Dans un esprit de continuité et pour toujours tirer le meilleur de cette fabuleuse « côte » Pavie, Gérard investit dans un somptueux nouveau chai. À travers la famille Perse, la légende de Pavie continue, s’approchant chaque année un peu plus de la perfection.