SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Pichon Comtesse de Lalande 1989

  • 2ème Grand cru classé Pauillac, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

264,00 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 3

Quantité Prix total
264,00 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 93/100

Wine Spectator
Noté 95/100

Jean Marc Quarin
Noté 90/100

Vinous
Noté 96/100

Jancis Robinson
Noté 17-/20

 
Notation RobertParker.com
Approaching full maturity, Pichon-Lalande’s1989 has a deep ruby/plum color with some lightening at the edge. The nose offers sweet plums and creme de cassis intermixed with vanilla and graphite. The wine is lush, medium to full-bodied, and layered with texture, low acidity, sweet tannin, and the hallmark purity and elegance this estate routinely produces. Some tannins remain, but this wine has reached its plateau of maturity.
Notation Wine Spectator
This has entered its secondary phase, with alluring notes of black tea, steeped plum, mulled spice and warm pain d'épices emerging from the core of supple plum, cassis and black cherry fruit. The long, fine-grained finish lets a perfumy singed cedar accent linger. A beauty.
Notation Quarin
Dégusté décanté et à l'aveugle. Couleur rouge sombre, d'intensité moyenne et déjà très évoluée. Le nez sent les fruits mûrs, la vanille et présente un caractère profond. Bouche tendre, caressante et fruitée. Le vin prend une note d'encre et de viande au milieu de bouche. Il s'arrondit avant des s'achever savoureux, long avec du goût, de l'arôme et des tannins déjà très fondus.
Notation Jancis Robinson
Not quite as dark as the Baron but still a very healthy garnet with some development at the rim. Pretty herbaceous on the nose, strong capsicum and that note of lavender that seems to appear as herbaceousness ages. Again herbaceous on the palate, tannins drier than some but it finishes very fresh thanks to that leafiness. Starting to dry a bit as the fruit on the middle is not (or no longer) very generous.

Pichon Comtesse

Commentaire du vin
Sensuel, séducteur, soyeux… Les superlatifs manquent pour décrire un vin sur lequel de nombreux critiques se rejoignent. Il est rare d’entendre d’un médoc qu’il est assez rond pour être bu « jeune ». La souplesse et la finesse de ce cru lui valent pourtant cette réputation. Cette accessibilité est en partie due à une large proportion de merlot (35%), relativement grande pour la commune. Bien qu’il soit charnu et tendre, ce cru de Pauillac reste suffisamment tannique, profond et riche pour évoluer sur les 10 à 20 prochaines années.
Histoire du Château
En 1850 le domaine Pichon Longueville est séparé, une partie ira au Baron Raoul Pichon (pour créer le domaine Pichon Baron), tandis que la seconde reviendra à ses trois sœurs. L’une d’entre elles, Virginie épouse du comte de Lalande. Elle décide d’administrer les parts de ses sœurs et de gérer la propriété et commande à un architecte bordelais, Duphot, la résidence que nous connaissons aujourd’hui, inspirée de l’hôtel de Lalande à Bordeaux où son mari avait passé son enfance. La comtesse est animée d’une grande passion pour la vigne et le vin, elle laissera au domaine bien plus que son nom…

Bien que le château accède au rang de second cru classé en 1855, la fin du 19e et le début du 20e siècle sont difficiles pour les grands domaines bordelais et une suite de crises (phylloxéra, guerres, etc.) porte un coup fatal à l’économie viticole. Par conséquent, les héritiers de la comtesse vendent le domaine à Édouard et Louis Miailhe en 1925.

Les deux frères réalisent un travail rigoureux de réorganisation qui contribue grandement à la renaissance du domaine. En 1978, c’est à nouveau une femme qui va marquer l’histoire de ce château : May Eliane de Lencquesaing, fille d’Edouard Miailhe. Grande voyageuse, elle va porter le nom de comtesse de Lalande au-delà de nos frontières et par ses investissements permettre la production d’un vin d’une qualité constante et remarquable.

Aujourd’hui

En 2007 Madame de Lencquesaing prend la décision courageuse de transmettre son château à la maison de Champagne Louis Roederer. Une décision qui permet au domaine de poursuivre son ambition de prestige et d’excellence.