SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Sociando Mallet 1999

  • Haut-Médoc, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

45,60 € TTC | HT

Bouteille

Notations

Robert Parker
Noté 89/100

Wine Spectator
Noté 89/100

Jean Marc Quarin
Noté 90/100

Jancis Robinson
Noté 15.5/20

   

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Commentaires
Robert Parker (avril 2002) : La robe d'un rubis-pourpre opaque du Sociando-Mallet 1999 accompagne un nez subtilement boisé de métal mouillé, de minéral, de cerise noire et de cassis. Du point de vue aromatique, ce vin est très proche d'un cru classé comme Léoville Las Cases. En bouche, il est moyennement corsé, plutôt tannique pour le millésime, et manifeste une concentration et une pureté d'excellent aloi. Sa finale est longue et persistante. L'ensemble est étonnamment fermé, mais il en va souvent ainsi avec Sociando-Mallet - un cru qui se surpasse régulièrement, produisant des vins d'une longévité exceptionnelle. A maturité : 2007-2018. (Note : 89+)

Sociando-Mallet

Commentaires du Château
Château Sociando-Mallet se situe à une dizaine de kilomètres au nord de Pauillac dans la petite commune de Saint-Seurin de Cadourne, très proche de l’estuaire, il bénéficie donc d’un terroir de graves Garonnaises relativement semblable à ceux des grands crus. Les vins qui en sont issus ont un style moderne, très concentré avec des tanins bien mûrs.
Tenace dans sa jeunesse, mais tout de même accessible, le château Sociando-Mallet reste un grand vin de garde du Haut-Médoc.
Histoire du Château
Le vignoble est déjà reconnu comme « terres nobles » depuis 1630, lorsque la famille Sociando en fait l’acquisition. Au milieu du 19e siècle, la veuve Mallet se porta acquéreur et ajouta son patronyme à celui du château pour obtenir le nom actuel de Sociando-Mallet.

Le domaine ne connaît qu’un véritable succès qu’à l’arrivée de Jean Gautreau en 1969. À ses débuts, Mr Gautreau a d’énormes problèmes à surmonter, le vignoble ne fait que 5 hectares, les bâtiments sont en piteux état, il n’y a pas de chai et le cuvier se trouve dans un garage… Certainement pas découragé, il construit alors un chai et replante le vignoble en améliorant progressivement l’encépagement. Du haut de ses 88 ans, il réalise la difficulté du chemin qu’il a parcouru : « Originaire de Lesparre, j’ai été courtier, négociant, avant d’acheter 5,6 hectares dans ce lieu unique qui regarde l’estuaire. Parcelle après parcelle, j’ai agrandi le vignoble, qui compte aujourd’hui plus de 80 hectares. J’ai toujours fait les choses de façon progressive, selon mes moyens, alors qu’aujourd’hui les financiers qui achètent transforment tout en deux ou trois ans. »
Des les années 1980, ce cru « non-classé » défie à l’aveugle les plus grands vins du Médoc. De grands millésimes comme le 1990 ou 1995 ont fait la gloire du château, tandis que les somptueux crus des années 2000, notamment 2005, 2009 et 2010 en assurent la pérennité.

Aujourd’hui

Ce sont 85 hectares qui produisent chaque année près de 500 000 bouteilles de Château Sociando-Mallet ainsi que de son second vin, la demoiselle de Sociando.