Profitez de 15% de remise sur l'ensemble des cuvées du Domaine Saint Andrieu

Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Talbot 1995

4ème Grand cru classé Saint-Julien, Bordeaux rouge

Talbot 1995 4ème Grand cru classé Saint-Julien, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

57,60 € TTC | HT

Bouteille

Quantité : 0

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Notation Quarin

Noté 16 en 1997-06 en barrique au château
Robe rouge sombre, d'une bonne intensité. Nez net, d'une bonne intensité, fruité, finement boisé. Idem à l'agitation. Attaque douce. Structure fruitée, assez aérienne, un peu détendue, qui évolue sur une tanicité marquée par le bois, plus ferme en finale, longue et sapide. Du raffinement. Petit manque de chair dans le tanin.

Notation RobertParker.com

Wine Advocate # 115
Feb 1998
Robert Parker 88
This wine has turned out to be more impressive from bottle than it was in cask. It is a charming, intensely-scented wine with a tell-tale olive, earth, grilled beef, and black currant-scented bouquet soaring from the glass. Medium to full-bodied, with low acidity, and round, luscious, richly fruity flavors, this is a meaty, fleshy, delicious Talbot that can be drunk now. Anticipated maturity: Now-2012.

Notation Wine Spectator

Score: 90
Issue: Web Only - 2007
Blackberry, lightly toasted oak and cedar on the nose. Full-bodied, with chewy tannins and a long silky finish. Needs time to open.--'95/'96 Bordeaux retrospective. Best after 2008. –JS

Description du vin

Cette grande propriété est idéalement orientée vers la rivière sur un beau terroir graveleux.
Le 1995 au nez intense et charmeur commence lentement à évoluer sur des arômes secondaires.
Avec une bouche robuste mais suave, typée Saint Julien, une finale élégante et précise ce classique vous enchantera dès à présent et saura, si vous l'oubliez, vous ravir dans une dizaine d'années.

Talbot

Commentaires du Château

Le château Talbot s'étend sur 107 hectares de vignes sur la commune de Saint-Julien Beychevelle, c’est un des Château les plus étendus du médoc. Comme la majorité des Saint-Julien de renom, ce Quatrième Grand Cru Classé s’ouvre doucement et nous livre, seulement après quelques années, ses plus grands secrets. Voisin de Lagrange, Talbot produit un grand vin de garde depuis longtemps, tannique et structuré. Ce dernier est tout de même fin, assez riche et rond pour être apprécié au bout de cinq ans. Son côté plus sauvage permet de faire des accords exquis avec du gibier.

Histoire du Château

L’histoire du château commence avec le Connétable John Talbot, comte de Shrewbury un homme de guerre anglais, vaincu à la bataille de Castillon en 1453. Pendant les XVIII et XIXe siècles la propriété appartint aux marquis d’Aux et Lescout. En 1855, lors du classement des crus du Médoc et des Graves commandé par l'Empereur Napoléon III, le Château Talbot accède au rang de Quatrième Grand Cru Classé à Saint-Julien. Le château est finalement acquis en 1917 par la famille Cordier, à la tête du négoce du même nom. Sous l’impulsion des Cordier ce cru s’imposera parmi les grands vins de Saint-Julien. Leur expertise ainsi que leur volonté d’allier le savoir-faire ancestral avec des technologies modernes paient. En 1987, ils font construire un 2d cuvier en bois permettant de vinifier le grand vin de manière plus élégante. Les filles Cordier, Nancy et Lorraine, dirigent le domaine jusqu’au décès prématuré de Lorraine en 2011. C’est Nancy Bignon Cordier et son mari Jean-Paul qui ont repris les rênes depuis cette date, cherchant toujours à amener Talbot plus haut dans la qualité.

Aujourd’hui …

Jean-Pierre Marty est le directeur général du domaine, Christian Hostein en est le directeur technique depuis 1988 et Jean-Max Drouilhet le maître de chai. Pour élaborer chaque année ce Quatrième Grand Cru Classé, ils profitent des conseils avisés d’Eric Boissenot et de Stéphane Denoncourt.