SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Talbot 2010

  • 4ème Grand cru classé Saint-Julien, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

93,60 € TTC | HT

Bouteille

Quantité Prix total
93,60 € TTC

Notations

Robert Parker
Noté 94/100

Wine Spectator
Noté 91/100

James Suckling
Noté 94/100

Jancis Robinson
Noté 17/20

   
Notation RobertParker.com
One of the best Talbots over recent years, and possibly the best since the 1986 and 1982, this sexy juggernaut of a wine struts forth with an opaque plum/ruby/purple color and terrific notes of creme de cassis, licorice, roasted herbs and smoky barbecue. It is a brilliant effort, with full body, wonderful fruit, a savory, expansive mouthfeel, sensational texture and a long finish, but no hardness or astringency. This is a fabulous Talbot to drink over the next 20-25 years.

L'un des meilleurs Talbots de ces dernières années, et probablement le meilleur depuis les années 1986 et 1982, ce jongleu sexy d'un vin se pavane avec une couleur opaque prune et rouge et des notes fantastiques de crème de cassis, réglisse, herbes grillées et fumé. C'est un effort brillant, avec beaucoup de corps, un fruit merveilleux, une bouche savoureuse et expansive, une texture sensationnelle et une longue fin de bouche, mais sans dureté ni astringence. C'est un Talbot fabuleux.
Notation Wine Spectator
This features a fairly plump core of crushed plum, blackberry and mulled boysenberry notes, coated with tar and driven by a strong graphite accent. An echo of pastis lingers on the finish, displaying good latent grip. Best from 2015 through 2027.
Notation James Suckling
There's a real purity of fruit here with currant and blueberry aromas coming out in the glass. Full body, with fine tannins and a fresh and clean acidity. Very polished tannins. It's all about balance and drinkability here. Try in 2018.
Notation Bettane & Desseauve
NOTE : 17,5 / 20
Ensemble puissant et équilibré, texture raffinée, caractère saint-julien bien marqué, longueur appréciable, vin de race promis à un avenir brillant. Talbot comme on l’aime.

Talbot

Commentaires du Château
Le château Talbot s'étend sur 107 hectares de vignes sur la commune de Saint-Julien Beychevelle, c’est un des Château les plus étendus du médoc. Comme la majorité des Saint-Julien de renom, ce Quatrième Grand Cru Classé s’ouvre doucement et nous livre, seulement après quelques années, ses plus grands secrets. Voisin de Lagrange, Talbot produit un grand vin de garde depuis longtemps, tannique et structuré. Ce dernier est tout de même fin, assez riche et rond pour être apprécié au bout de cinq ans. Son côté plus sauvage permet de faire des accords exquis avec du gibier.
Histoire du Château
L’histoire du château commence avec le Connétable John Talbot, comte de Shrewbury un homme de guerre anglais, vaincu à la bataille de Castillon en 1453. Pendant les XVIII et XIXe siècles la propriété appartint aux marquis d’Aux et Lescout. En 1855, lors du classement des crus du Médoc et des Graves commandé par l'Empereur Napoléon III, le Château Talbot accède au rang de Quatrième Grand Cru Classé à Saint-Julien. Le château est finalement acquis en 1917 par la famille Cordier, à la tête du négoce du même nom. Sous l’impulsion des Cordier ce cru s’imposera parmi les grands vins de Saint-Julien. Leur expertise ainsi que leur volonté d’allier le savoir-faire ancestral avec des technologies modernes paient. En 1987, ils font construire un 2d cuvier en bois permettant de vinifier le grand vin de manière plus élégante. Les filles Cordier, Nancy et Lorraine, dirigent le domaine jusqu’au décès prématuré de Lorraine en 2011. C’est Nancy Bignon Cordier et son mari Jean-Paul qui ont repris les rênes depuis cette date, cherchant toujours à amener Talbot plus haut dans la qualité.

Aujourd’hui …

Jean-Pierre Marty est le directeur général du domaine, Christian Hostein en est le directeur technique depuis 1988 et Jean-Max Drouilhet le maître de chai. Pour élaborer chaque année ce Quatrième Grand Cru Classé, ils profitent des conseils avisés d’Eric Boissenot et de Stéphane Denoncourt.