-10% SUR NOTRE SÉLECTION CHAMPAGNE POUR LA SAINT-VALENTIN*

Prix HT
Prix TTC
Derniers vins consultés :

Vieux Château Certan 2004

Pomerol, Bordeaux rouge

Vieux Château  Certan 2004  Pomerol, Bordeaux rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

144,00 € TTC | HT

bouteille
par 12 bouteilles

Quantité : 12

Quantité Prix total
1 728,00 € TTC

Vieux Château Certan

Commentaires du Château

Vieux Château Certan est situé au cœur du plateau de Pomerol, entouré d’autres domaines prestigieux : Pétrus, L’Évangile, Petit Village, La Conseillante. Le sol de son vignoble se compose d’une couche de graves mélangées d’un peu de sable reposant sur la fameuse crasse de fer. Avec ce terroir à influence médocaine, les cabernets jouent un rôle important dans les assemblages. Par conséquent le vin est moins opulent que les autres pomerols mais il présente une structure tannique plus importante, au quant à l’aromatique elle davantage tournée vers le cassis aux nuances mentholées que vers les fruits à noyau.

Histoire du Château

La production de vin sur la propriété date d’avant la révolution, alors qu’elle appartenait à une famille écossaise du nom de Demay. En 1858 elle fut divisée en deux, les Demay gardèrent pour eux une petite parcelle donnant naissance au Château Certan de May et le reste de la propriété fut acheté par Charles de Bousquet. Ce dernier entreprit des travaux de rénovation du château, mais dépensa sa fortune avant que le projet arrive à son terme. Ce qui laissa un édifice certes élégant, mais inachevé.
Certan fut alors acheté par les propriétaires actuels, la famille belge Thienpont. En 1947 le plus jeune des enfants Thienpont, Léon, arrive à Bordeaux pour y diriger le château. Il maintint et même agrandit sa renommée jusqu’à sa mort en 1985. C’est depuis son fils Alexandre qui est à la tête du domaine.

Aujourd’hui

Toujours à la tête du Château, Alexandre Thienpont, continue de hisser la propriété vers l’excellence. Il introduit notamment la viticulture raisonnée, plus respectueuse de l’environnement afin de préserver au maximum l’intégrité du terroir et l’identité des millésimes : « Je souhaite que le vin s’accomplisse de lui-même, sans levure ni produits exogènes. »