SUIVEZ-NOUS
Prix HT
Prix TTC
Prix HT
Prix TTC
Rejoignez-nous sur

RECEVEZ NOS OFFRES SPÉCIALES
Derniers vins consultés :

la Tâche Grand Cru 2007

  • Domaine Romanee Conti, Bourgogne rouge
  • Couleur : rouge
  • Flaconnage : Bouteille

4 536,00 € TTC | HT

Bouteille

Notations

Robert Parker
Noté 91/100

Burghound
Noté 95/100

Wine Spectator
Noté 95/100

La Revue du Vin de France
Noté 19/20

   

Vin épuisé, ce vin n'est plus disponible.

Nous vous remercions de votre confiance et vous invitons à découvrir nos promotions en cours.

Si vous n'êtes pas redirigés dans quelques secondes sur la page d'accueil, veuillez cliquer ici

Notation RobertParker.com
The 2008 La Tache amply illustrates why this monopole is the darling among most of those lucky enough to regularly taste or collect the wines of the Domaine de La Romanee-Conti. Hints of mocha, vanilla, maraschino, and almond paste lend a confectionary note to generously rich cassis and raspberry, while Latakia tobacco, peat, clove, black pepper, star anise, and cumin contribute commune-typical Vosne-Romanee personality in spades. The high-toned, sweet themes continue inner mouth, with intimation of heliotrope, rowan, and lily perfume, while the wine’s smoky, spicy elements seem to descend into a low-register undertone of roasted red meats and forest floor. As this opens to the air, a subtly sweet-saline suggestion of lobster shell reduction adds richness and succulence. Strikingly creamy in feel, this La Tache nevertheless possessed a fresh berry edge that helps convey vibrancy to a finish that practically glows in your mouth, offering another of those Burgundian paradoxes of light and dark. Here, de Villaine’s case for long-term potential is easily made, and I expect this will richly reward at least 15-20 years of attention.

La Tache 2008 illustre bien pourquoi ce monopole est le chouchou de la plupart de ceux qui ont la chance de déguster ou de récolter régulièrement les vins du Domaine de La Romanée-Conti. Des notes de moka, de vanille, de marasquin et de pâte d'amande associées à des notes de bonbons au cassis et de framboises généreusement sucrées, tandis que le tabac Latakia, la tourbe, le clou de girofle, le poivre noir, l'anis étoilé et le cumin apportent leurs personnalités vosno-romaine typique à la région. L’association fraîcheur/rondeur se poursuit en bouche, avec des notes d'héliotrope, de sorbier et de lys, tandis que les éléments fumés et épicés du vin semblent aller dans un registre de viandes rouges rôties et de tapis forestier. En s'ouvrant avec l’aération, une suggestion subtilement sucrée-salée de réduction de jus de homard ajoute de la richesse et de la succulence. D'une onctuosité frappante, ceLa Tache possède néanmoins une touche de fruits rouges frais qui donne de l'éclat à une finale qui brille pratiquement en bouche, offrant un autre de ces paradoxes bourguignons de lumière et d'obscurité. Ici, l'argument de Villaine en faveur d'un potentiel à long terme est facile à faire valoir, et je m'attends à ce que cela récompense largement au moins 15 à 20 ans de conservation.
Notation Burghound
A reserved yet equally kaleidoscopic nose of red, blue and violet aromas that is wonderfully broad, spicy, fresh, airy and layered leads to intensely floral, mineral infused and focused medium weight plus flavors that possess a strikingly attractive mouth feel and while in the context of the pantheon of great vintages of this storied wine, the '07 will be viewed as one of the lighter examples, the focus and balance here is nigh on perfect as the finish explodes into a hugely long finale, all underpinned by firm tannins and bright acidity. This may seem to be a lighter vintage but it will require at least 15 years of cellar time before this will be sufficiently civilized to drink with real pleasure and probably 25 before it's fully resolved. One other point bears mentioning: it's been a number of vintages since I last saw La Tâche best the Romanée-Conti but 2007 may be one of them.
Notation Wine Spectator
Different than the rest of the range from barrel and different in bottle, with a nose that's unevolved, dense and spicy. Displays deep, rich blackberry, black currant and licorice flavors on the palate, building and expanding to the long mineral finish.--Non-blind 2007 DRC tasting (February 2010). Best from 2014 through 2032

Domaine de la Romanée Conti

Histoire du domaine
La Romanée-Conti, au sommet

Sans aucun doute les bouteilles les plus recherchées au monde sont celles dont l’étiquette affiche le nom de ce cru prestigieux. Plusieurs monopoles, 8 grands crus et 1500 ans d’histoire procurent aux palais de quelques élus la quintessence du pinot noir. Car La Romanée-Conti est bien plus qu’un mythe. Pour tous les crus, la critique encense chaque année la continuité de ces vins uniques au monde. C’est dire si l’ovation est grande.

Mais le produit reste de luxe. La Romanée-Conti Grand Cru produit seulement 5000 cols par an. Ce nectar paradisiaque est souvent comparé à une boisson divine. Pureté, respect du millésime, le pinot noir y porte un vêtement hors-norme. On dit à juste titre de La Romanée-Conti qu’il est un vin de Prince. Et de surcroît, ce vin majestueux a le potentiel pour se bonifier des décennies. Sa renommée dit qu’il porte aux nues le plaisir gustatif.
En conclusion, il serait la perfection même, un mariage unique entre le terroir, le pinot noir et les climats. En Bourgogne, un climat est une pièce de terre, un nom, qui produit un vin reconnu des amateurs. Nulle-part l’alliance du lieu et du vin n’a été portée aussi loin qu’ici. 

L’histoire ancienne

L’histoire du domaine s’enracine en 900, lorsque Mannassés, Sire de Vergy fonde le Prieuré de Saint-Vivant. Au cours du XIIIème siècle, le Prieuré acquiert des vignes dans le futur vignoble de La Romanée-Conti. Et le prieuré est alors rattaché à l’Abbaye de Cluny. C’est donc en 1512 que la première description du Cros de Cloux (nom d’origine du cru Romanée-Conti) apparait.
Puis Louis-François de Bourbon, Prince de Conti (1717-1776), acquiert La Romanée en 1760. À ce moment-là, le domaine ne porte pas encore le nom de Conti. Le Prince de Conti appartient à la famille royale des Bourbons, celle de Louis XIV.  Et le Prince de Conti acquiert cette vigne dix fois le prix de celui du clos de Bèze. C’est dire la valeur de la parcelle. Car La Romanée connaît déjà un fort rayonnement.
Trois ans plus tard, le Prince de Conti achète deux parcelles de vignes attenantes. Il construit une cave de vinification et de vieillissement mais aussi, des logements pour le personnel. Après sa mort, son fils, lui aussi Prince de Conti, lui succède. Pendant la Révolution française, La Romanée-Conti et La Romanée Saint-Vivant sont confisqués par l’État. Enfin, en 1773, le prince de Conti est fait prisonnier au Fort Saint-Nicolas à Marseille.
L’année suivante, le nom de La Romanée-Conti apparait pour la première fois. Puis deux expertises du domaine sont réalisées. Fin 1794, La Romanée-Conti est vendue à l’économiste et ingénieur hydrographe Nicolas Defer de la Nouerre (1740-1794). Puis en 1819, Julien-Jules Ouvrard rachète la propriété. En 1830, le vin de La Romanée-Conti est élaboré à l’illustre Clos de Vougeot. Après la mort de Julien-Jules Ouvrard en 1869, alors député de la Côte d’Or, ses neveux en héritent. Mais ils la vendent à Paul Guillemont à qui Jacques-Marie Duvault-Blochet l’achète. Jacques-Marie Duvault-Blochet est alors déjà propriétaire aux Gaudichots, Richebourg, Grands-Échézeaux et Échézeaux. Et ce propriétaire fera un excellent travail d’observation des terroirs de la Romanée-Conti.

L’histoire moderne

Dès 1912, Edmond Gaudin de Villaine achète alors avec Jacques Chambon les parts de La Romanée-Conti. Vingt-et-un ans plus tard, le domaine met la main sur La Tâche. Durant la 2de guerre mondiale, la société civile de La Romanée-Conti est créée. 
En 1963, des vignes de raisins blancs sont acquises au Montrachet. Elles donneront naissance au Montrachet Grand Cru de La Romanée-Conti, un blanc si rare que la planète entière se l’arrache. En 1966, La Romanée Saint-Vivant est donnée en fermage au domaine de la Romanée-Conti par sa propriétaire, Mlle Marey Monge dernière du nom. Cette parcelle est ensuite rachetée en 1988.
Henri de Villaine, immense acteur de l’histoire du domaine de 1950 à 1974, décède en 1998. Son neveu prend sa suite. Depuis 2008, les vignes du domaine de Mérode, à savoir Corton Clos-du-roi, Bressandes et Renardes sont en fermage à La Romanée-Conti. Et cela fini de compléter la prestigieuse collection de grands crus du domaine.